Newsletter ManaGlobal : Printemps 2024

Newsletter du projet ManaGlobal

Numéro 7 | Février 2024

Éditorial

Le programme ManaGlobal s’est consacré au cours des cinq dernières années à l’étude des théories et pratiques de gestion dans les entreprises africaines et du monde arabe.

Il s’est particulièrement intéressé aux processus d’interactions, d’interdépendances et d’articulations entre les pratiques locales en matière de gestion et celles provenant de l’économie mondialisée. Il a ainsi cherché à comprendre dans quelle mesure l’hybridation entre ces modes de gestion est possible et s’organise dans les faits.

Le programme en est à sa dernière année, qui est marquée par la réalisation de plusieurs détachements des membres du consortium, mais aussi par l’organisation d’importants évènements dont la conférence de Liège qui s’est tenue du 11 au 12 décembre 2023.

Rendez-vous est donc donné en mai prochain pour clôturer ce projet par la conférence finale qui se tiendra du 15 au 17 mai 2024 à Rennes.

Retour sur la Winter School de Liège

Dans le cadre du projet ManaGlobal de l’Union européenne, s’est tenue à HEC-Liège une Winter School sur le thème « Socio-economic conditions and performance of entrepreneurial ecosystems », qui a permis des échanges fructueux entre les participants.

Ces deux journées, organisées de manière hybride, ont réuni pas moins d’une quarantaine  de participants, professeurs et chercheurs-doctorants provenant de différents pays (entre autres : Belgique, Cameroun, Ecosse, France, Royaume Uni, Sénégal).

Pour rappel, voici les thématiques sur lesquelles ont porté les échanges :

La Winter School de ManaGlobal était principalement centrée sur les conditions de mise en place des écosystèmes entrepreneuriaux. Selon Stam (2015, p. 5), un écosystème  entrepreneurial peut être défini comme un « ensemble d’acteurs et de facteurs interdépendants coordonnés de telle sorte qu’ils permettent un esprit d’entreprise productif sur un territoire donné ». Des collaborations intéressantes peuvent ainsi être établies avec des écoles et des universités, des centres de recherche, des grandes entreprises, des pouvoirs publics, des associations professionnelles, etc. à l’échelle locale, souvent dans le cadre de partenariats institutionnels transnationaux. Un tel ancrage territorial est un gage de durabilité de l’aventure entrepreneuriale.

Voici quelques exemples des questions qui ont été explorées lors de la Winter School :

  • Quelles sont les formes de proximité physique et sociale entre acteurs territoriaux qui favorisent l’innovation entrepreneuriale au Sud comme au Nord?
  • Quel est le rôle des pouvoirs publics et des institutions universitaires dans ces dynamiques territoriales ?
  • Quel est le rôle des grandes entreprises dans ces dynamiques territoriales ?
  • Quelles sont les formes de gouvernance efficientes des écosystèmes entrepreneuriaux ?
  • Ces formes de gouvernance efficientes sont-elles différentes au Sud et au Nord ?
  • Quels sont les éléments critiques susceptibles de nuire à l’efficience d’un écosystème entrepreneurial au Sud comme au Nord?
  • Dans quelle mesure l’écosystème entrepreneurial peut-il aider une activité économique à passer de l’échelle locale à l’échelle globale ?
  • L’insertion dans un écosystème entrepreneurial est-elle un passage obligé pour l’activité entrepreneuriale ?
  • Comment les entrepreneurs —actuels ou futurs— perçoivent-ils leur insertion dans un écosystème entrepreneurial local ?
  • Quelles sont les perspectives pour l’entreprenariat féminin, autant dans ce qui est qualifié d’ « économie informel » que dans l’économie dite « formelle » ?

La Winter School fut une belle occasion de comparer les expériences et initiatives du Nord et du Sud (Cao & Shi, 2021) et de mieux cerner les dynamiques à l’œuvre. Nous avons ainsi confronté  des contributions de chercheurs —provenant aussi bien de doctorants que de professeurs confirmés— et des témoignages professionnels sur les conditions de succès des écosystèmes entrepreneuriaux, en explorant également le rôle et les responsabilités de l’Université dans cette perspective (Matmati et al., 2019).

Un remercierment tout particulier à France Bierbaum, véritable cheville ouvrière de cet évènement, qui a permis sa tenue dans des conditions exemplaires !

Aux yeux de tous les participants, ces deux journées de séminaires furent un franc succès !

Voici plusieurs documents et informations en lien avec la Winter School :

Une présentation PowerPoint synthétique de l’évènement est disponible ici : https://mseduculiegebe-my.sharepoint.com/:b:/g/personal/simon_wuidar_uliege_be/ERV-ZNn7rztClNTdz20hFhMB1svuLAZcvO_I1F67cGAs1w?e=TQ6eCC

La remarque conclusion du séminaire, rédigée par le Prof. Michel Villette, est consultable via le lien suivant : https://managlobal.hypotheses.org/2150

Tous les résumés des présentations sont accessibles via le lien suivant : https://managlobal.hypotheses.org/2133

Retour sur l’évènement par HEC-Liège : https://www.linkedin.com/posts/hec-liege_ces-lundi-11-et-mardi-12-d%C3%A9cembre-se-tenait-activity-7140630243186237440-RRoj?utm_source=share&utm_medium=member_desktop

Retour sur le programme : http://www.lentic.ulg.ac.be/wp-content/uploads/2023/12/Programme-WS-Dec-2023.pdf

Actualités des Work Packages 3 & 4

Productions et ressources au sein du réseau

  • LES STRATEGIES D’ACCES A LA FORMALISATION ET A L’ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRENEURS INFORMELS AU SENEGAL INFORMELS AU SENEGAL

Par Dadié, Kouame Jacob, Doctorant en sociologie à l’Université Rennes 2

Extrait : Deux résultats émergent de l’analyse des données récoltées. Dans un premier temps, il ressort des données que les liens forts et les liens faibles constituent un recours pour les entrepreneurs pour avoir accès à la formalisation et à l’accompagnement des PME au Sénégal. En effet, les systèmes de la formalisation et de l’accompagnement sont encastrés dans le réseau social des acteurs de l’entreprise. Sous ce rapport, les chefs d’entreprises mobilisent l’encastrement familial, ethnique, professionnel, amicale et surtout l’encastrement symbolique. Dans un second temps, les données montrent que le capital social est aussi mobilisé comme ressource de formalisation et de l’accompagnement des PME au Sénégal. De façon générale, nous entendons par capital social, l’ensemble des ressources ou des actifs disponibles dans le réseau social de l’individu. Nous notons donc, les ressources culturelles et les ressources symboliques.

A voir sur le site du projet : https://managlobal.hypotheses.org/2175

  • La mondialisation laisse-t-elle place à la démondialisation ?

ParAlexis Meslin, Sciences Po Rennes, et Ulrike Schuerkens, Université Rennes 2, LiRIS

Résumé : A partir d’une revue de littérature et de presse, cette étude essaie de répondre à la question d’un possible changement de la mondialisation vers la démondialisation. Si les différentes idéologies démondialistes constituent des discours alternatifs à la mondialisation encore aujourd’hui, ils n’ont pas mené à une remise en cause effective et globale des processus de mondialisation. Malgré les opportunités permises par les crises globales des quinze dernières années, la mondialisation ralentit mais ne faiblit pas. De même, si les Etats remobilisent massivement des politiques protectionnistes, il semble que ces dernières soient l’expression d’une intégration stratégique et opportuniste au commerce international, plutôt qu’un refus de ce dernier. Il parait être encore trop tôt pour parler d’un fléchissement de la mondialisation. Enfin, de nouvelles études sont nécessaires pour analyser les remises en cause des mondialisations politique et culturelle.

A voir sur le site du projet : https://managlobal.hypotheses.org/2064 

  • Faire des Affaires au Nigéria, compte-rendu du livre : Marjolaine PARIS, Le business franco-nigérian à l’heure de l’Afrique émergente, Paris, Éditions Karthala, 2013, 370 p.

Par Michel Villette

Extrait : À la lecture de ce livre dense, on comprend que les entrepreneurs, qu’ils soient nigérians ou étrangers, sont à la fois attirés par des perspectives de profits exceptionnelles et effrayés par les risques qu’engendre un contexte particulièrement dangereux. Face à ce contexte, ils ne restent pas passifs, bien au contraire. Ils mettent en œuvre toutes sortes de dispositifs de réduction des risques faits d’arrangements plus ou moins formels, et de travail relationnel. Citant Villette et Vuillermot [3], l’auteure reprend à son compte l’idée que le risque n’est pas une donnée exogène, telle que mesurée par les agences de notation chargées d’évaluer les risques pays. Les entrepreneurs peuvent avoir prise sur le risque. Ils peuvent travailler le contexte dont ils sont des parties prenantes et qu’ils contribuent à modeler par leurs actes, quitte à entretenir des pratiques de clientélisme et de corruption, que par ailleurs ils déplorent et condamnent.

Avoir sur le site du projet :https://managlobal.hypotheses.org/2029

  • PROFIL DU DIRIGEANT ET CREATION DE VALEUR RESSOURCES HUMAINES : UNE ETUDE COMPARATIVE ENTREPRISES PUBLIQUES / PRIVEES.

Par Françoise Atissi, doctorante en gestion à l’Université de Douala

Extrait : Notre projet de thèse de doctorat en gestion à l’université de Douala (ESSEC) est une étude comparative entre les entreprises du secteur privé et du secteur public en contexte camerounais à travers une approche constructive. En adéquation avec le projet ManaGlobal, nos recherches visent à déterminer s’il existe ou non un idéal type de profil du dirigeant africain susceptible de créer de la valeur RH quel que soit le secteur de l’entreprise en Afrique.

A voir sur le site du projet :https://managlobal.hypotheses.org/2073

Ouvrages:

  1. « ENTREPRISE AFRICAINES, Vingt projets pour sortir du néo-colonialisme et du sous-développement »

Par Michel Villette, Mohamed Branine et Mohamed El Bachir Wade (Dir.)

Résumé : Au XXIe siècle, l’Afrique est un continent en pleine transformation où des entrepreneurs locaux développent des entreprises en suivant des voies singulières, encore mal connues du monde académique. Résultat du travail d’un collectif de chercheurs africains et européens, cet ouvrage analyse le parcours de 20 entreprises nées en Afrique. Certaines sont devenues des championnes nationales, voire des multinationales pan-africaines, d’autres ont été rachetées par des multinationales européennes, d’autres encore ont périclité après une brève période de gloire. En appliquant les mêmes méthodes d’analyse que celles utilisées pour étudier les entreprises européennes et nord-américaines, les auteurs montrent à la fois de fortes similitudes dans la manière dont les hommes d’affaires accumulent le capital, et les singularités des contextes africains. De grandes différences émergent, telles que la dépendance des grandes entreprises africaines à l’égard de leurs partenaires d’affaires internationaux, et le rôle des influences familiales, politiques et religieuses. On observe que dans ces pays, l’activité économique est encore moins séparée qu’ailleurs des autres aspects de la vie en société. Cet ouvrage est un outil précieux pour mieux appréhender les entreprises du continent africain. 

Lien : https://www.fr.fnac.be/a19320337/Michel-Villette-Entreprises-africaines

  • « ENTREPRISES, ENTREPRENEURS ET TRAVAIL AU SÉNÉGAL »

Par Ulrike Schuerkens (éd.)

Résumé : Quelle est l’importance des cultures africaines dans les systèmes économiques de l’Afrique au Sud du Sahara et, en particulier, du Sénégal ? La première partie de cette étude analyse l’économie du Sénégal et les mesures prises pour améliorer cette situation et l’insertion des populations dans le système économique moderne. Dans un second temps, sont rassemblées des études de cas se basant sur l’analyse du parcours professionnel et personnel d’un certain nombre d’entrepreneurs. On y comprend comment ces entrepreneurs ont pu rendre leurs entreprises rentables : certains secteurs, délaissés par les grands groupes, sont ceux dans lesquels investit une génération de quadra et quinquagénaires. L’avenir professionnel d’une grande partie de la population dépend donc d’entreprises qu’il faut appuyer et soutenir pour créer de l’emploi, générer de la croissance, encourager les innovations et initier une transformation.

Lien : https://www.editions-harmattan.fr/livre-entreprises_entrepreneurs_et_travail_au_senegal_ulrike_schuerkens-9782140354823-77628.html

Retour sur l’ouvrage par Moustapha Tamba, Professeur Titulaire des universités de classe exceptionnelle de l’Université  Cheikh Anta DIOP Dakar (Sénégal) : https://managlobal.hypotheses.org/2117

Actualités diverses

Mobilités : Témoignages

  1. Détachement à L’Université de Liège (HEC-Liège) par Paul Mamba Diédhiou.

Extrait du témoignage : « Conformément à mon détachement à Liège (Belgique) du 28 mai au 25 août 2023, grâce au projet ManaGlobal, j’ai effectué un séjour de formation-recherche. Cette dernière était en parfait accord avec ma thèse intitulée : La multinationale « Auchan » au Sénégal : entre controverses et logiques d’appropriation, consistant à analyser sa globalisation des pratiques commerciales, culturelles en interrogeant son management et marketing socio-économique dans un monde interconnecté. 

J’ose dire que mon séjour s’est bien déroulé, avec des découvertes immenses : de Liège à Bruxelles et environnants en passant par Lisbonne et Paris. En plus de ces découvertes, ce séjour de formation-recherche m’a permis aussi de trouver une documentation assez riche (importante) sur les questions ayant trait à la thématique de ma thèse : logiques d’approvisionnement, système de management, marketing socio-économique, patriotisme économique et controverses sociales au tour des entreprises. La familiarisation avec cette documentation, qui même si elle existe au Sénégal (UCAD), est très rare et parfois difficile d’accès (chère, absence de visibilité et de publications, littérature grise, etc.), a permis, grâce aux conseils et orientations du professeur François Pichault, de finaliser deux chapitres de ma thèse : « Ethnographie des mobilisations « contre » et « en faveur » d’« Auchan » et « Pratiques managériales et concurrentielles « glocales » d’« Auchan ». […]

Par ailleurs, ce séjour a été aussi l’occasion, pour moi, de participer, avec l’appui de ma directrice de thèse, Ulrike Schuerkens, à la conférence de l’EADI à Lisbonne qui s’est déroulée du 10 au 13 juillet 2023, à laquelle j’ai présenté une communication extraite de ma thèse et intitulée : The “Auchan” brand in Senegal. A source of supply for women stallholders: Case study of stall sellers in Mbour (Thiès). »

Le témoignage complet est accessible via le lien suivant :  https://managlobal.hypotheses.org/2183

Interventions des experts du réseau

« Cheveux naturels/ Mouvement Napy » : un retour à l’identité culturelle ou simplement une acceptation de soi ? (https://www.youtube.com/watch?v=GFe_77EmmyQ) par Dr. Christella Kwizera, Sociologue et Professeur à l’université du Burundi

Evènements à venir

La conférence finale du programme ManaGlobal se tiendra les 15 et 16 mai 2024 à l’université de Rennes 2.

Les collègues qui souhaitent y présenter leurs travaux sont invités à envoyer leur(s) proposition(s) de communication d’ici le 15 mars.

Vous pouvez trouver l’appel à communication ici : https://mseduculiegebe-my.sharepoint.com/:p:/g/personal/simon_wuidar_uliege_be/Ef_uZO16w6JBknYKz8LQ4WcBKgbDvG1LYv07vn_enh84CA?e=7V4lXr

Rappel du projet et crédits

Le projet ManaGlobal explore les modes de gestion locale pratiqués dans certains pays africains et arabes. L’objectif est de montrer comment les entreprises et les filiales deviennent rentables et se développent. Il s’agira de mettre en évidence les différences entre les normes et les standards de gestion issus de la mondialisation et les manières de faire du business au niveau local. On appelle glocalisation ou hybridation le processus qui amène ces normes et ces modes de gestion à fusionner. L’objectif de ManaGlobal est de contribuer à la recherche sur la gestion glocale au moyen d’enquêtes menées par une équipe pionnière de 16 partenaires africains, arabes et européens, issus de huit pays, comprenant des chercheurs, des chefs d’entreprise et des décideurs institutionnels. Cf. www.managlobal.hypotheses.org/

 

ManaGlobal : Marie Sklodowska-Curie Actions (MSCA) – Échange de personnel dans le domaine de la recherche et de l’innovation – RISE.

Ce projet a reçu un financement du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne dans le cadre d’une convention de subvention n° 823744.



Citer ce billet
Ulrike Schuerkens (2024, 8 mai). Newsletter ManaGlobal : Printemps 2024. ManaGlobal : Globalized Governance Norms and Local Business Practices. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nm1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search