Un portrait synoptique des profils socioprofessionnels des pratiquants du télétravail, du tiers-lieu et du coworking dans la région de Dakar, au Sénégal

Yaya Kamagate, Doctorant Université Rennes 2

Les profils socioprofessionnels des personnes pratiquant les NFOT dans la région de Dakar sont très variés.

D’abord, il convient de souligner qu’il est extrêmement rare que des personnes se rendent expressément dans les tiers-lieux pour y travailler. En revanche, les rendez-vous d’affaires y sont courants. Des travailleurs autonomes ou indépendants y rencontrent souvent des partenaires ou des collaborateurs pour discuter d’affaires ou pour ausculter des possibilités de nouveaux partenariats ou collaborations. Mais, ils n’y sont pas pour y travailler en tant que tel, même si on peut considérer dans certains cas qu’ils y sont pour une raison professionnelle. À ce niveau, nous observons une nette distinction entre « travailler à partir d’un endroit » et « être à un endroit pour une raison professionnelle ».Ainsi, dans le contexte dakarois, les rencontres professionnelles qui ont lieu dans un tiers-lieu sont considérées comme de simples rendez-vous d’affaires et non comme du travail ou une situation de travail. De plus, les relations d’affaires qui se tissent ainsi et les affaires qui se traitent dans les tiers-lieux à Dakar sont généralement de nature informelle, ou du moins, envoient un signal selon lequel, l’une des parties prenantes n’est pas encore suffisamment constituée ou installée pour recevoir à son lieu de travail son partenaire d’affaires. 

Par ailleurs, le télétravail est, à ce jour, la nouvelle forme organisationnelle la plus populaire à Dakar. Elle est pratiquée par tous les types de profils socioprofessionnels : fonctionnaires d’État, d’organisations non gouvernementales et d’institutions internationales, ainsi que salariés d’entreprises privées de toutes les tailles et autoentrepreneurs. Ces derniers travaillent généralement dans les domaines administratifs, des services et conseils.

Dans un pays (Sénégal) qui, au cours de cette décennie, a été maintes fois secoué par des crises politiques (et qui continue de l’être encore), ainsi que par le Covid-19, le télétravail s’y est imposé comme la solution de travail la mieux adaptée en période de crise. D’ailleurs, selon des témoignages de télétravailleurs, ce n’est que dans un contexte de crise politique, sous la présidence du président Macky Sall, que des employés non-cadres des organisations dans lesquelles ils travaillent ont eu leurs premières permissions de faire du télétravail. Ces premières expériences de démocratisation du télétravail ont été appuyées par la pandémie du Covid-19 et depuis lors, ce mode d’organisation a intégré, mais à des degrés variables, la culture managériale du monde de travail à Dakar.

En dernier lieu, le coworking demeure, à ce jour, le modèle organisationnel le plus innovant et le mieux adapté à la situation de jeunes débutants dans l’entrepreneuriat, des télétravailleurs voulant éviter l’isolement au travail ou en quête d’un environnement de travail en dehors du domicile et des entreprises n’ayant pas nécessairement besoin de local de travail permanent.

Cependant, il n’existe quasiment pas de fonctionnaires d’État ou de services publics qui travaillent en mode coworking dans la région de Dakar. Aussi, est-il extrêmement rare d’y trouver un employé travailler à partir d’un espace de coworking alors que son employeur possède son propre local de travail.

Les coworkers de la région de Dakar sont majoritairement jeunes et composés d’hommes. Leurs âges varient entre 23 et 47 ans. Aussi, y trouve-t-on un nombre relativement important d’expatriés d’origine sénégalaise qui ont déjà vécu ou vivent et travaillent encore en Occident, mais qui ont, soit, décidé de rentrer au pays, ou soit, qui y sont pour un séjour déterminé. On y trouve enfin des expatriés européens, américains, asiatiques, et africains (y compris les ressortissants des pays de l’Afrique du Nord) qui travaillent à Dakar pour le compte d’une entreprise étrangère ou qui y sont pour une mission précise.

L’une des particularités du coworking à Dakar est que, du fait de leurs profils socioprofessionnels et statuts juridiques particuliers et parfois atypiques, des coworkers peuvent pratiquer et pratiquent les autres NFOT (le tiers-lieu, le télétravail, l’open space, et même le bureau fermé), ce qui n’est pas le cas pour des employés d’entreprises classiques et de la fonction publique ainsi que pour les travailleurs opérants dans l’informel. Ces catégories de travailleurs ne pratiquent quasiment pas du coworking, ou du moins, si elles le pratiquent, c’est à leurs propres frais, car, cette option n’est pas considérée par la fonction publique et les entreprises classiques ayant leurs propres locaux, où c’est de façon exceptionnelle. Quant aux travailleurs opérant dans l’informel, les espaces de coworking leur exigeraient des documents officiels attestant de la régularité de leurs activités.



Citer ce billet
Ulrike Schuerkens (2024, 3 mars). Un portrait synoptique des profils socioprofessionnels des pratiquants du télétravail, du tiers-lieu et du coworking dans la région de Dakar, au Sénégal. ManaGlobal : Globalized Governance Norms and Local Business Practices. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxzg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search