LES STRATEGIES D’ACCES A LA FORMALISATION ET A L’ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRENEURS INFORMELS AU SENEGALINFORMELS AU SENEGAL

Dadié, Kouame Jacob, Doctorant en sociologie à l’Université Rennes 2

Formalisation et accompagnement des entreprises informelles au Sénégal : de l’innovation institutionnelle à la mobilisation des liens forts et du capital social

Mots clés : proximité, réseau social, formalisation, accompagnement, Sénégal

Contexte 

Présentement, les unités de productions locales, en l’occurrence les petites et moyennes entreprises sénégalaises sont caractérisées par un fort investissement en termes de financement, d’accompagnement et d’une remarquable transformation institutionnelle. Cette volonté de l’État qui vise à promouvoir l’entreprise artisanale est motivée par trois (3) atmosphères contextuelles. Primo, l’adoption des programmes d’ajustements structurels qui se sont soldés par un important échec sur l’économie sénégalaise (perte de 8500 emplois formels). Secundo, la démographie galopante qui a accentué l’exode rurale, c’est-à-dire le déplacement massif des jeunes vers les villes (31 % de la population à Dakar). Tertio, la situation instable du marché de travail et de l’entreprise sénégalaise qui amplifie le taux de pauvreté et du chômage (200 nouveaux demandeurs sur le marché d’emplois, 97% d’emplois informels). Cela dit, il est donc urgent de proposer aux dirigeants des petites et moyennes entreprises une nouvelle approche adaptée à la situation actuelle d’instabilité des entreprises dites informelles. En l’occurrence mettre de nouveaux itinéraires techniques et financiers intégrant l’entrepreneuriat pour s’inscrire dans une logique de formalisation et d’accompagnement telle qu’affirmée dans la stratégie nationale du développement de l’entrepreneuriat au Sénégal. Pour y parvenir, plusieurs programmes d’aides, plus précisément, des dispositifs d’accompagnement, de financement et de suivi aux PME ont été mobilisés pour les Startup, et les petites et moyennes entreprises. Ces programmes visent globalement l’institutionnalisation des petites et moyennes entreprises afin de contribuer au développement durable de la filière de l’entrepreneuriat au Sénégal. Cependant, lorsqu’on mobilise la revue de la littérature, il est possible de se convaincre que plusieurs facteurs sont analysés par les auteurs comme des barrières au processus de formalisation et d’accompagnement des entreprises du secteur informel. Ces barrières témoignent de la réticence des entrepreneurs du secteur informel à adhérer au processus de formalisation et d’accompagnement impulsé par les acteurs institutionnels. En effet, Ishengoma et Kappel (2006, cité par T. Nohoua, 2016) ont examiné les facteurs internes et externes qui entravent la formalisation des entreprises informelles. Ces auteurs montrent que les facteurs internes tels que le manque de capital humain et de fonds de roulement, l’utilisation de technologies obsolètes ou la mauvaise implantation sont des barrières indéniables à la croissance des entreprises. De même, les facteurs externes, comme l’accès limité aux services financiers ou aux services de développement des entreprises, l’étroitesse du marché, l’offre insuffisante d’infrastructures économiques et de services publics ou l’existence d’une réglementation complexe et pesante, ainsi que les facteurs interentreprises, comme l’existence de relations limitées ou fondées sur l’exploitation et la faiblesse des associations professionnelles, contribuent au maintien des entreprises dans l’informel. Ces contributions de la revue de la littérature corroborent les données de terrain en notre possession.

Constats 

En effet, à l’issue de notre enquête de terrain au Sénégal sur les conditions de la formalisation et de l’accompagnement des entreprises du secteur informel, il en ressort un constat majeur qui constitue un plafond de verre à l’émergence des PME dans ce pays. Il s’agit des contraintes (économiques, sociales et institutionnelles) pour les PME d’opérer une rupture avec l’informel et s’inscrire dans le système formel à l’effet de stabiliser et pérenniser leurs activités. Toutefois, une immersion dans le contexte socio-institutionnel de la formalisation et de l’accompagnement des petites et moyennes entreprises de l’informel permet de déduire que, le Sénégal présente un modèle plus ou moins réussi en termes d’adhésion des entrepreneurs informels au processus de formalisation. Cette réussite sociale dénoterait de la mise en place des écosystèmes entrepreneuriaux matérialisés par des mécanismes de proximités physiques, sociale et des compromis qui se construisent autour du phénomène.

Le problème 

Le processus de formalisation et d’accompagnement des PME est régi par des normes et règles contraignant par les acteurs de l’entreprise. Dans cette perspective, certains entrepreneurs ne parviennent pas à bénéficier des financements. Pourtant, d’autres entrepreneurs réussissent à être accompagnés malgré les exigences qui régule le processus d’acquisition des financements. Cela, grâce à leur relation qu’ils ont avec certains acteurs clé du processus d’une part et d’autre part des compétences dont ils disposent.

Question de recherche 

Sous ce rapport, la question centrale qui oriente cette étude est la suivante : comment la mobilisation du réseau social et le capital social participent-ils à la formalisation et à l’accompagnement des PME au Sénégal ?  

Hypothèse 

Le réseau social et le capital social contribuent au processus de formalisation et d’accompagnement des PME au Sénégal

Méthodologie

Pour comprendre ces réalités sociales, nous avons effectué une investigation empirique d’une durée de trois (3) mois. Ces enquêtes ont été faites dans trois régions spécifiques, il s’agit notamment de Dakar, Ziguinchor et Thiès.  Cette étude a mobilisé deux méthodes de collectes de données. Une méthode quantitative et une méthode qualitative fondée sur la sélection des participants au focus group et aux entretiens individuels à travers l’échantillonnage accidentel/choix raisonné. La technique d’enquête quantitative a été le questionnaire. Dans le cadre de l’approche qualitative, des entretiens individuels ont été réalisés ainsi que des entretiens de groupe.

Résultats                                            

Deux résultats émergent de l’analyse des données récoltées. Dans un premier temps, il ressort des données que lesliens forts et les liens faibles constituent un recours pour les entrepreneurs pour avoir accès à la formalisation et à l’accompagnement des PME au Sénégal. En effet, les systèmes de la formalisation et de l’accompagnement sont encastrés dans le réseau social des acteurs de l’entreprise. Sous ce rapport, les chefs d’entreprises mobilisent l’encastrement familial, ethnique, professionnel, amicale et surtout l’encastrement symbolique. Dans un second temps, les données montrent que le capital social est aussi mobilisé comme ressource de formalisation et de l’accompagnement des PME au Sénégal. De façon générale, nous entendons par capital social, l’ensemble des ressources ou des actifs disponibles dans le réseau social de l’individu. Nous notons donc, les ressources culturelles et les ressources symboliques.



Citer ce billet
Ulrike Schuerkens (2024, 13 janvier). LES STRATEGIES D’ACCES A LA FORMALISATION ET A L’ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRENEURS INFORMELS AU SENEGALINFORMELS AU SENEGAL. ManaGlobal : Globalized Governance Norms and Local Business Practices. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkxx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search