La mondialisation laisse-t-elle place à la démondialisation?

Alexis Meslin, Sciences Po Rennes, et Ulrike Schuerkens, Université Rennes 2, LiRIS EA7481

Résumé :

A partir d’une revue de littérature et de presse, cette étude essaie de répondre à la question d’un possible changement de la mondialisation vers la démondialisation. Si les différentes idéologies démondialistes constituent des discours alternatifs à la mondialisation encore aujourd’hui, ils n’ont pas mené à une remise en cause effective et globale des processus de mondialisation. Malgré les opportunités permises par les crises globales des quinze dernières années, la mondialisation ralentit mais ne faiblit pas. De même, si les Etats remobilisent massivement des politiques protectionnistes, il semble que ces dernières soient l’expression d’une intégration stratégique et opportuniste au commerce international, plutôt qu’un refus de ce dernier. Il parait être encore trop tôt pour parler d’un fléchissement de la mondialisation. Enfin, de nouvelles études sont nécessaires pour analyser les remises en cause des mondialisations politique et culturelle.

Abstract :

Based on a literature and press review, this study attempts to answer the question of a possible shift from globalization to deglobalization. While the various deglobalization ideologies still constitute alternative discourses to globalization today, they have not led to an effective and global challenge to the processes of globalization. Despite the opportunities afforded by the global crises of the last fifteen years, globalization is slowing but not faltering. Similarly, while states are massively re-mobilizing protectionist policies, it seems that these are the expression of a strategic and opportunistic integration into international trade, rather than a sign of rejection of the latter. It still seems too early to speak of a downturn in globalization. Finally, new studies are needed to analyze the questioning of political and cultural globalization.

Mots clés : Mondialisation, démondialisation, idéologies, économie, droite, gauche

INTRODUCTION :

Le 17 avril 2023, Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE), affirme au Council on Foreign Relations que « nous assistons à une fragmentation de l’économie mondiale en blocs concurrents, chaque bloc essayant de rapprocher le reste du monde de ses intérêts stratégiques respectifs et de ses valeurs communes » (World Socialist, 2023). De plus en plus d’acteurs politiques et économiques s’inquiètent d’une possible fin de la mondialisation néolibérale. Les différentes crises du commerce international et les politiques protectionnistes naissantes sont vues comme les signes d’un futur fléchissement des échanges internationaux. Certains auteurs, chercheurs ou journalistes parlent alors de « démondialisation ». Dans le même temps, le commerce international semble se maintenir (Le Monde, 2023). Dès lors, qu’en est-il réellement ? La mondialisation néolibérale née dans les années 1980 a-t-elle laissé place à la démondialisation ou a-t-elle plutôt changé de forme ?

Mondialisation, démondialisation, de quoi s’agit-il ?

La mondialisation est un processus complexe et protéiforme. Elle peut être définie comme « le processus d’interdépendance et d’intégration croissante vers une société mondiale » (Hag-Min, Ping & Yea Rim, 2020 :83). Ici, il s’agira principalement de s’intéresser à la mondialisation économique puisque la littérature autour de la démondialisation se concentre sur cet aspect. Même si certains chercheurs s’intéressent parfois à la démondialisation culturelle (Wagner, 2023), leurs raisonnements restent encore peu nombreux. La mondialisation économique peut être définie comme l’intégration des sociétés à l’économie mondiale et l’affirmation d’un processus « d’internationalisation des marchés » (James, 2018 :222). Elle s’appuie sur « [l’] internationalisation des processus productifs (les chaînes de valeur), [l’] augmentation du poids du commerce international, [le] rôle grandissant de l’investissement étranger » (Polet, 2021 : 9). Ainsi, la démondialisation sera ici principalement vue comme la « fin de la mondialisation économique ». Elle revête trois natures principales qui se recoupent dans l’idée que l’internationalisation des échanges économiques ne sont ou ne doivent plus être d’actualité.

La première nature de la démondialisation est idéologique. Schaff (1967 : 50) définit l’idéologie comme « un système d’opinions qui, en se fondant sur un système de valeurs admis, détermine les attitudes et les comportements des hommes à l’égard des objectifs souhaités du développement de la société, du groupe social ou de l’individu ». La démondialisation peut être vue comme une idéologie puisqu’elle propose de remplacer la mondialisation par un autre ordre économique et social, appuyé sur des valeurs particulières comme par exemple la coopération, la valorisation de l’éthique et de la solidarité, etc. La démondialisation comme idéologie apparait dans le début des années 2000. Elle est fondée par Bernard Cassen en France en 1996 et Walden Bello à l’échelle mondiale au début des années 2000. La démondialisation vise originellement à proposer une alternative à la mondialisation néolibérale, c’est-à-dire à l’augmentation du commerce international, des flux de capitaux internationaux et du rôle croissant des multinationales dans l’économie mondiale (Kotz, 2002 :74). Les discours démondialistes visent donc à encourager le protectionnisme et le contrôle des capitaux par les Etats afin de limiter les formes de dépendances. Fondé par des personnalités issues de tendances socialistes, le discours démondialiste a ensuite été réapproprié par l’extrême droite qui y a ajouté une opposition à la libre circulation des personnes.  

La seconde nature de la démondialisation est économique. En 2008, la crise financière fait émerger des débats sur une possible fin de la mondialisation économique. Il ne s’agit pas de discours ouvertement normatifs comme les discours démondialistes mais plutôt de débats d’analyse entre experts sur une possible fin des processus de mondialisation. Ces derniers, nés de manière discontinues, seraient obsolètes à partir du début des années 2010. Pour Jones (2005), une première phase de mondialisation débute en 1840 et se termine avec la crise économique de 1929. La seconde commence en 1979 et se finirait avec la crise de 2008 selon Hag-Min K., Ping L. et Yea Rim (2020). Cette dernière marquerait le début d’un processus de démondialisation, c’est-à-dire de « réduction de l’interdépendance et de l’intégration entre des entités mondiales spécifiques » (Padder, 2023 :241).  

Enfin, la démondialisation est aussi de nature politique. Elle consiste en l’adoption de mesures politiques concrètes qui visent à réduire les échanges internationaux et les interdépendances économiques. Il s’agit principalement de mesures protectionnistes. Dans cette étude, la focale ne sera pas centrée uniquement sur les gouvernements puisqu’une pluralité d’acteurs influencent l’élaboration de ces politiques.

            Ces trois natures de la démondialisation interagissent les unes avec les autres. Il s’agira alors de voir si la démondialisation, discours alternatif à la mondialisation, est une réalité économique et politique. L’objectif de cette étude est d’évaluer le degré d’inertie de la mondialisation économique face à l’accroissement des discours et politiques démondialistes. Ce papier se distingue des travaux précédents en ce qu’il rassemble une pluralité de travaux français et internationaux sur la démondialisation. Si la question du passage de la mondialisation à la démondialisation est souvent traitée, peu de revues de littérature ont été menées. Cette dernière est dominée par les articles économiques et les pamphlets politiques argumentant en faveur de la démondialisation. D’une part, les travaux sur la démondialisation portent principalement sur l’analyse de la démondialisation-processus, c’est-à-dire sur la réalité ou non du fléchissement de l’économie mondiale (Seifermann & Anzeneder, 2022 ; Padder, 2023). D’autre part, de nombreux ouvrages argumentent en faveur de ce processus (Bello, 2002 ; Sapir, 2011 ; Bernier, 2016).

Méthode : revue de la littérature et de la presse

            Afin de répondre à ces interrogations, une revue de littérature a été menée sur la démondialisation à partir de la base de données de la bibliothèque de l’université de Rennes 2. Les mots clés mobilisés étaient « démondialisation », « deglobalization », « deglobalisation » et « déglobalisation ». En parallèle, une revue de presse a été réalisée sur Europresse à partir des mêmes mots-clés. Le corpus se compose d’articles publiés entre le 25 février 2023 et le 30 mai 2023 (date de la réalisation de la revue). Il convient de noter que les articles sont principalement issus de journaux occidentaux, indiens et chinois. Les journaux africains et sud-américains sont peu présents.

            Appuyée sur la littérature et la presse, cette étude défend l’idée d’une forme de résilience de la mondialisation puisqu’on assisterait plutôt à un changement de sa forme qu’à l’avènement de la démondialisation. Ce travail se présente de la manière suivante. La première partie montre que les discours démondialistes restent influents et pluriels dans leur contestation de la mondialisation. La seconde affirme l’inertie de la mondialisation face à ces idéologies et aux crises mondiales. La dernière s’attache à l’émergence de politiques protectionnistes et propose de les interpréter comme le signe d’une intégration stratégique plutôt que d’une désintégration économique mondiale.

I/ Le « PARADIGME DE LA DEMONDIALISATION » EN REACTION AUX EFFETS DE LA MONDIALISATION[1]

            La démondialisation est dans un premier temps une idéologie qui consiste à proposer une alternative à la mondialisation néolibérale. Toutefois, deux tendances majeures s’opposent. Les valeurs qui fondent ce nouvel ordre souhaitable se distinguent en deux groupes principaux. D’un côté, les démondialisations néo-tiers-mondistes et néo-keynésiennes s’appuient sur des valeurs telles que la coopération, la solidarité, le respect de la nature, la décentralisation ou la pluralité (Polet, 2021). De l’autre, la démondialisation populiste mobilise l’identité nationale, la résistance face au multiculturalisme par l’assimilation et la xénophobie (Charaudeau, 2018).

1. La démondialisation originelle : une critique anti-dépendantiste et une alternative à la mondialisation économique

La démondialisation est originellement un projet politique et économique qui propose des alternatives à la mondialisation néolibérale. Dès ses débuts, elle se distingue en deux tendances majeures (Fougier, 2012) : une tendance « néo-tiers-mondiste » et « néo-keynésienne ». Premièrement, la démondialisation néo-tiers-mondiste s’inscrit dans une lignée anti-dépendantiste en ce qu’elle valorise la souveraineté étatique et sociale contre la libéralisation des flux économiques. Cette tendance est initiée par le centre de recherche Focus on the Global South en 2000 (Polet, 2021). Walden Bello, un de ses membres, présente la démondialisation comme un paradigme qui vise à promouvoir :

Une économie efficace, qui renforce la solidarité sociale en subordonnant les opérations du marché aux valeurs d’équité, de justice et de communauté et en élargissant le champ de la prise de décision démocratique au sein de la sphère économique. (Polet, 2021 : 37)

L’idée directrice est de soumettre l’économie aux pouvoirs démocratiques. Ce cadrage de l’économie par le politique est vu comme ce qui permettra de limiter la dépendance des pays en développement au commerce international, et de réduire les inégalités entre leurs élites mondialisées et le reste de la population (Polet, 2021). Cette vision s’inspire donc pleinement de la théorie de la dépendance. Cette dernière est un courant de pensée économique qui vise à limiter les opportunités d’échanges internationaux s’ils sont structurellement défavorables. En effet, les inégalités socio-économiques entre le « centre » économique mondial et ses « périphéries » sont vues comme la conséquence de la division du travail mondial (Vernengo, 2004) notamment portée par les multinationales (Bornschier & Chase, 1985). De même, les défendeurs de cette théorie critiquent la soumission du pouvoir politique aux règles du commerce international défendues par les organisations internationales – Banque mondiale et FMI principalement (Tondon, 2009) et la domination structurelle des pays occidentaux. Les discours démondialistes néo-tiers-mondistes sont en pleine continuité avec la théorie de la dépendance. Ils argumentent également en faveur de la réduction des flux internationaux inégaux, par la réalisation de mesures protectionnistes et de développement local, dans le but d’affirmer la souveraineté de la « périphérie ». Il s’agit de diversifier ces économies et de les protéger face à la concurrence rude des pays développés. Ce lien entre critique dépendantiste et démondialisation s’explique en partie par la participation de Walden Bello à l’école de la dépendance lors de sa jeunesse. Cette première vision originelle de la démondialisation est toujours d’actualité aujourd’hui comme en témoigne le numéro d’Alternative Sud sur la démondialisation (Polet, 2021).

Deuxièmement, la démondialisation est mobilisée dans les discours alternatifs à la mondialisation en Occident. En parallèle de la démondialisation néo-tiers-mondiste, les pays occidentaux – notamment la France, voient l’émergence de discours démondialistes néo-keynésiens (Fougier, 2012). Dès le milieu des années 1990, Bernard Cassen (1996), fondateur et président d’honneur d’Attac, propose de limiter l’internationalisation des flux et de soumettre l’économie au politique. Ensuite, dans le contexte de la crise économique de 2008, la notion est reprise et diffusée par un certain nombre d’économistes comme Jacques Sapir (2011) et de personnalités politiques tel Arnaud Montebourg lors de l’élection présidentielle de 2012 (Montebourg, 2011). Ces deux derniers discours démondialistes visent à favoriser une certaine fermeture des économies pour faciliter la réalisation de politiques keynésiennes souveraines (Fougier, 2012). Ce « démondialisme » néo-keynésien est un donc une doctrine économique qui s’inscrit pleinement dans l’altermondialisme. Cette dernière est une mouvance qui réunit une pluralité de mouvements, appuyés sur la société civile, et qui vise à proposer des alternatives à la mondialisation néolibérale, et à l’hégémonie occidentale dans la définition des politiques publiques internationales (Fougier, 2006). Les démondialistes poursuivent les réflexions issues de ces mouvements et proposent non pas une « autre mondialisation » mais une moindre mondialisation. Fougier (2012) voit dans la démondialisation une proposition originale qui brise les tabous traditionnels de l’altermondialisme comme l’affirmation de la nation ou la sortie de l’euro. Toutefois, ces derniers éléments ont pu être repris par les extrêmes droites dans le monde entier, ce qui témoigne, selon Fougier et Dimitrova (2019 :123), de l’échec de l’altermondialisme à proposer une alternative opérante à la mondialisation :

Au final, c’est l’anti-élitisme – la mondialisation comme projet porté par des élites cosmopolites, et à leur profit – qui paraît l’avoir emporté sur l’anticapitalisme – la mondialisation comme extension globalisée du capitalisme – et, par conséquent, une droite radicale prônant une démondialisation, plutôt que des altermondialistes aspirant à une autre mondialisation.

Toutefois, la démondialisation n’a pas totalement été réappropriée par l’extrême-droite. La revue de presse et de littérature témoigne d’une persistance, certes marginale, de discours démondialistes issues de l’altermondialisme dans les sphères économiques et politiques. Par exemple, Guillaume Vuillemey, professeur à l’Ecole des hautes études commerciales (HEC) a publié Le Temps de la démondialisation (2022) où il argumente en faveur de mesures protectionnistes. De même, Philippe Brun, député du Parti socialiste de l’Eure propose dans une interview au Point (2023) de déconnecter croissance et pollution par la démondialisation. Ces deux exemples témoignent de l’influence de la démondialisation néo-keynésienne dans les débats politiques et économiques sur le devrait être.  De même, les démondialisations néo-tiers-mondistes et néo-keynésiennes ont pu être remobilisées par les mouvements environnementaux. Dès l’origine, Bello incluait une dimension environnementale dans la démondialisation. Cette dernière est véritablement prise en compte par les discours démondialistes occidentaux à partir des années 2010 (Polet, 2021). Ces derniers y voient l’opportunité de réduire la pollution induite par la mondialisation et de favoriser l’usage de produits locaux. La démondialisation peut être vue comme le penchant international de la décroissance.

2. La « démondialisation populiste » : de la souveraineté nationale contre l’internationalisation des flux

            Néanmoins, les idées démondialistes anti-dépendantiste et néo-keynésienne ont été réappropriées par les extrêmes droites mondiales. Pour Fougier (2017), si ces dernières ne font pas directement référence à la démondialisation, ils en reprennent les éléments centraux : remise en cause du libre-échange, des institutions internationales – Union Européenne notamment – et de la circulation des capitaux – refus de l’Euro. Pour autant, Sauvêtre (2020) rappelle que ces extrêmes s’appuient sur un discours national-néolibéral qui conteste les élites mondiales tout en argumentant en faveur d’un néolibéralisme national. La démondialisation populiste se distingue donc des démondialisations néo-tiers-mondistes et néokeynésiennes en ce qu’elle défend les idées néolibérales dans un cadre national, alors que les secondes s’y opposent totalement.

En outre, la « démondialisation populiste » (Fougier, 2017) se concentre sur la souveraineté nationale. Divers discours d’extrême droite ajoutent une critique des flux humains puisqu’ils sont vus comme une menace à la nation (Perrineau, 2016). Alors que les démondialisations « socialistes » proposent une démondialisation plutôt cosmopolite et limitée à l’économie, les « populistes » ajoutent ce que l’on pourrait appeler une « démondialisation culturelle ». Souvent inspirée de visions civilisationnistes (Frigoli & Ivaldi, 2017), les extrêmes droites proposent de protéger leurs cultures face à « l’étranger », celui qui n’a pas les même normes et coutumes. La culture locale serait menacée par les flux de migrants internationaux et les minorités culturelles. La démondialisation, dans ce discours, s’inscrit donc pleinement dans une réduction des échanges culturels et humains, ce qui conteste l’idée de « village global », caractéristique de la mondialisation. « Le sentiment d’appartenir à un même monde » (Chaubet, 2018 :7) est remis en cause par le désir « d’autonomie culturelle et civilisationnelle ». L’exemple de démondialisation populiste le plus évoqué dans la littérature est l’élection de Donald Trump en 2016. Les auteurs y voient une forme de « démondialisation assumée » (Polet, 2021 :13) en ce que le mandat de l’ex-président américain s’est ouvertement appuyé sur l’affirmation de la nation contre la libre circulation des capitaux et des migrants. On y retrouve la perception d’une double menace de l’accroissement des flux internationaux sur la nation : la contestation du néolibéralisme économique global d’une part avec la dépendance grandissante des Etats-Unis avec la Chine ; menace culturelle d’autre part avec la limitation des flux migratoires venant notamment de l’Amérique Latine. Les élections de Donald Trump, Victor Orban, Bolsonaro ou encore Georgia Meloni témoignent de la puissance des discours démondialistes populistes.

Plusieurs éléments semblent pouvoir expliquer cette diffusion. Le populisme peut être vu comme « une révolte des perdants de la mondialisation » (Polet, 2010 : 1). Dans les pays développés, la stagnation de l’accroissement des revenus des classes moyennes occidentales face à l’émergence d’autres classes moyennes dans les pays émergents a pu susciter un sentiment de déclassement (Damon, 2019). Ce dernier « s’accompagne de l’affirmation de nouvelles formes de nationalisme, d’isolationnisme, de populisme et de protectionnisme. » (Damon, 2019 : 45-46). On peut supposer que ces classes sociales aient perçu une double concurrence mondiale à la fois à l’intérieur de leur pays – arrivée de migrants internationaux, et à l’extérieur – recours à la main d’œuvre de pays étrangers moins couteuse. Ce double mouvement a pu être vu comme étant la source de la contraction du marché du travail dans les sociétés occidentales. De même, l’insécurité économique peut expliquer la montée du populisme dans les pays émergents (Polet, 2021). La remise en cause du capitalisme international néolibéral semble avoir laissé place à la contestation des flux migratoires et des capitaux (Fougier, Dimitrova, 2019). Il semble donc que les démondialisations anti-dépendantiste et néo-keynésienne aient perdue la bataille de l’attribution des motifs justifiant la démondialisation.

En somme, la littérature argumente en faveur d’une défaite de l’anti-dépendentisme et du néo-keynésianisme face au populisme. Néanmoins, l’ensemble de ces discours restent prégnants comme propositions alternatives à la mondialisation. En parallèle de ces idéologies, des crises majeures ont mise à l’épreuve la mondialisation. Ces dernières ont pu être interprétées comme des facteurs menant à la décroissance des flux économiques internationaux.

II/ UN PROCESSUS DE « SLOWBALIZATION » : L’INERTIE DE LA MONDIALISATION FACE AUX CRISES

            Plusieurs crises récentes ont fait naître l’idée qu’on serait à un point de basculement vers la baisse des échanges internationaux. La revue de littérature et de presse conteste cette idée et défend plutôt un processus de « slowbalisation » (The Economist, 2019), c’est-à-dire un ralentissement de l’accroissement des flux mondiaux, plutôt que leur décroissance. Il n’y aurait donc pas de démondialisation économique.

1. Des crises qui bouleversent le commerce international

            A partir de la crise de 2008, la démondialisation n’est plus seulement le fruit d’un débat idéologique et devient le sujet de discussions entre experts sur le possible fléchissement de la mondialisation. Depuis la crise financière, plusieurs auteurs analysent le commerce international et y voient un changement structurel – et éventuellement cyclique – de l’économie mondiale. De fait, 2008 marquerait la fin de « l’hyper-mondialisation » (The Economist, 2019). Des questionnements émergent dans la littérature et presse économique sur une possible fin de la mondialisation issue des années 1990 (Miśkiewicz & Ausloos, 2010 ; Paquin, 2021 ; Les Echos, 2023). Cette tendance, vue comme étant structurelle, est appuyée par la rivalité sino-américaine (Shumilov, 2022). La tentative américaine de réduire sa dépendance à la Chine est analysée dans la littérature comme une forme de contestation des interdépendances issues de la mondialisation (Komolov, 2020 ; Kornprobst & Paul, 2021).

Plus récemment, la crise de COVID-19 a représenté un nouveau défi pour les économies mondialisées. La rapide prolifération du virus permise par la mondialisation des flux a amené les différents Etats et acteurs économiques du monde entier à prendre des mesures pour les contenir. Cela s’est traduit par un ralentissement des flux mondiaux. Abdal et Ferreira (2021) voient dans cette crise un renforcement important des logiques de fragmentation mondiale qui la précédent. D’après eux, les entreprises et les Etats ont pris conscience de leur dépendance à la chaîne de valeur internationale, ce qui pourrait amener à des changements structurels dans les années à venir. En outre, ce raccourcissement des chaînes de valeur s’inscrit dans un processus de régionalisation. Cette tendance semble être renforcée par la guerre en Ukraine. Les sanctions européennes et américaines vis-à-vis de la Russie accentueraient un mouvement vers la démondialisation (Moldicz, 2022). Ce dernier affirme que le monde serait en pleine phase de division avec des mondes sous domination américaine ou chinoise. L’essor du « friend-shoring » (Yallen, 2022) – relocalisations dans les pays alliés – témoigne des mouvements à l’œuvre qui tendent à restructurer le commerce international vers la création de blocs commerciaux.

2. La mondialisation économique ralentit mais ne faiblit pas

            Néanmoins, les différentes études montrent que le commerce international ne décroit pas, ce qui témoigne de son inertie face aux crises. Si les impacts de la guerre en Ukraine ne peuvent pas encore être mesurés avec du recul, les effets des autres crises ont pu être analysés. D’après le KOF index (2023), la mondialisation économique croit fortement jusqu’en 2008 puis stagne mais ne diminue pas, ce qui témoigne de la résilience du commerce international face à la crise financière. Les données du KOF index s’arrêtent en 2020 donc elles n’incluent pas le COVID-19, l’indice de volume mesurant le commerce international de l’OMC indique une reprise du commerce international en 2021 puisqu’il croit de nouveau et dépasse le niveau pré-COVID (OMC, 2022). Dans le même temps, il y a un léger ralentissement de la croissance du commerce des marchandises au début 2022. De même les exportations et importations continuent tendanciellement d’augmenter même si les différentes crises évoquées ci-dessus perturbent cette hausse (Banque Mondiale, 2023 a & b). L’OMC prévoit une hausse plus lente dans le futur (OMC, 2023), ce qui illustre le processus de « slowbalization ».

            Ce ralentissement de la croissance des flux internationaux, non leur décroissance, est partagée par une partie des chercheurs. Seifermann et Anzeneder (2022) analysent la chaîne de division du travail international et concluent sur un processus de « stagnating globalization ». Selon eux, le seul signe tangible de démondialisation se trouve dans la réduction des investissements directs à l’étranger (IDE). A l’inverse, les droits de douanes continuent de réduire et l’utilisation des technologies de l’information et de la communication continuent de croitre. De même, les différences de coûts de main d’œuvre se maintiennent et les coûts de transports diminuent, ce qui continue de justifier l’internationalisation de la chaine de production. Ces résultats confirment les conclusions de James (2018) qui voit une croissance ralentie du commerce liée à l’évolution des coûts du commerce international. Padder (2023) justifie ce ralentissement par les tensions géopolitiques et les processus de régionalisation. Cette importance de la mondialisation politique dans la régulation des flux économiques internationaux est partagée par Hag-Min, Ping et Yea Rim (2020). Ces derniers montrent à partir des données de l’UNCTAD STAT que la part des importations de biens et services sur le PIB stagne pour les pays du G7 entre 2000 et 2018. Selon eux, la mondialisation politique telle que définie par le KOF index seraient la principale variable explicative du ralentissement de la mondialisation.

Le commerce international montre donc sa résilience face aux crises. S’il est amené à changer de forme, il ne faiblit pas pour autant. Toutefois, s’il semble qu’on observe peu de démondialisation-processus durant la dernière décennie, les chercheurs et les articles de presse mettent en avant que les pouvoirs publics ont de plus en plus recours à des politiques protectionnistes pour limiter les importations.

III/ L’APPARITION DE MODES DE GOUVERNANCE QUI CHERCHENT A GARANTIR LA SOUVERAINETE

            Depuis récemment, il existe des formes de protectionnisme dans les actions menées par les pouvoirs publics. Toutefois, si beaucoup d’articles s’inquiètent d’une possible démondialisation à venir au vu de la multiplication de ces politiques, plusieurs analystes argumentent plutôt en faveur d’une autre mondialisation. En effet, les Etats et sociétés ne cherchent pas à se déconnecter du monde mais plutôt à développer des stratégies pour mieux s’y intégrer et réduire les dépendances.

1. Des protectionnismes stratégiques et opportunistes pour limiter la dépendance

            Le développement de mesures protectionnistes semble être orienté vers la primauté des intérêts nationaux sur la mondialisation des flux. La souveraineté est de plus en plus recherchée par les différents Etats du monde. Toutefois, ces politiques n’ont pas encore réellement mené à une remise en cause totale de la mondialisation. Il semble plutôt que les gouvernements cherchent à augmenter la valeur de leurs économies en protégeant leurs industries naissantes. Ce constat fonctionne autant pour les pays de l’OCDE que les pays émergents et en développement.

La Chine, l’Inde ou le Brésil ne rejettent pas le commerce international per se mais veulent s’en saisir à leur avantage. Par exemple, le refus chinois de traiter les déchets étrangers début 2018 a été justifié par le besoin de développer un secteur performant de gestion des déchets locaux (Schulz, 2020). Submergé par les déchets internationaux et chinois, la Chine a préféré se concentrer sur ses déchets par l’investissement dans le recyclage. Ce choix ne doit pas être interprété comme un refus de mondialisation mais plutôt comme un choix stratégique qui vise à renforcer les industries naissantes de recyclage chinoise. Ces dernières ont par la suite pu devenir des acteurs internationaux importants dans la gestion des déchets (Schulz, 2020). En d’autres termes, la Chine a protégé son secteur en développement pour ensuite s’insérer dans le commerce international. Ce protectionnisme ne vise donc pas à réduire l’appartenance de la Chine dans les flux mondiaux, mais plutôt à ce qu’elle s’y intègre par la protection de ses industries face à la concurrence internationale, pour qu’ensuite ces dernières deviennent des acteurs du commerce chinois à l’étranger. De fait, ce choix du protectionnisme pour s’insérer dans le commerce international est très présents chez les puissances émergentes. Cette vision anti-dépendantiste de la mondialisation se retrouve notamment en Inde avec son refus de signer l’accord global de partenariat économique en Asie Pacifique (RCEP), au vu des impacts néfastes de ce dernier sur l’agriculture et les petites entreprises indiennes (Polet, 2021). Néanmoins, ces choix stratégiques de protection des secteurs économiques fragiles ne sont pas limités aux pays émergents. Les pays en développement se posent de plus en plus la question de l’intégration régionale pour s’insérer souverainement dans le commerce international. Rob Davies (Polet, 2021) montre notamment comment les pays africains ont créé la Zone de libre-échange continentale africaine (ZECLA) pour tenter de réduire les dépendances à l’extérieur et développer une chaîne de valeur régionale.

De même, les pays de l’OCDE sont des acteurs clés dans le développement de politiques protectionnistes. La tendance semble être menée par les Etats-Unis. L’Inflation Reduction Act promulguée par l’administration Biden en aout 2022 prévoit l’investissement public de 370 milliards de dollars dans l’industrie verte américaine (Vie publique, 2023). Souvent qualifié de protectionnisme vert, cette mesure vise à protéger le secteur des énergies renouvelables face à la concurrence chinoise et européenne. Cette mesure n’est donc pas seulement un investissement dans la transition écologique mais aussi une tentative de réduction de la dépendance américaine face à la Chine, notamment dans le secteur des matières premières (Institut Montaigne, 2023). De même, le CHIPS and Science Act promulgué en 2022 prévoit un investissement massif de 52.7 milliards de dollars pour soutenir les semi-conducteurs face à la concurrence chinoise et est-asiatique. Ce protectionnisme vise à limiter les impacts négatifs de l’hyper-mondialisation sur les Etats-Unis (Shamita & Sushil, 2022). En somme, les mesures protectionnistes sont vues comme des instruments permettant de réduire les dépendances stratégiques et de développer les entreprises locales face à la concurrence mondiale.

2. Une « gouvernance protectionniste » qui témoignent de la diffusion des idées démondialistes

La mise en place de politiques protectionnistes semble s’inscrire dans une perspective de gouvernance plutôt que de gouvernement.  Ce dernier, défini comme « ce que l’état décide de faire ou de ne pas faire » (Dye, 1972), parait aujourd’hui limité pour expliquer l’essor de ces mesures. Il s’agit plutôt de gouvernance c’est-à-dire d’un « processus d’agrégation, de coordination et de direction d’acteurs, de groupes sociaux et d’organisations, en vue d’atteindre des objectifs définis et discutés collectivement » (Le Galès, 2019 : 298). De fait, si l’Etat reste l’acteur principal qui met en place ces politiques, il n’est plus le seul à déterminer si ces dernières doivent être réalisées. La revue de presse et de littérature témoigne de la pluralité des acteurs mobilisés. En ce sens, on observe une réelle diffusion des idées démondialistes à différentes sphères du monde social.

En effet, les mesures protectionnistes sont « discutées collectivement ». Le meilleur exemple est surement le refus indien de signer le RCEP. L’ICCFM et Grain (Polet, 2021) montrent comment les paysans indiens ont pu mettre la pression au gouvernement pour qu’il n’accepte pas cet accord. Cette résistance témoigne de l’importance de la société civile – et notamment des syndicats, dans la détermination des politiques publiques. Dans ce cas précis, le refus d’aller vers plus de mondialisation a été porté par les mouvements paysans, face à un gouvernement plutôt porté vers la libéralisation de l’économie. En ce sens, les Etats ne sont pas les seuls acteurs porteurs de la diffusion de la mondialisation ou démondialisation. Cette idée de « gouvernance protectionniste » est très présente dans la littérature et la presse. Les articles des trois derniers mois montrent la prégnance des organisations supranationales comme l’Union Européenne dans la détermination de telles politiques. Les réflexions des acteurs européens sur une réponse protectionniste à l’Inflation Reduction Act américain illustre ce rôle de la coordination des acteurs étatiques et non étatiques européens, dans la redéfinition des termes du commerce international. La croissante considération des enjeux environnementaux à l’échelle européenne nourrit les débats sur un possible protectionnisme vert. Ces réflexions sont portées par d’autres organisations internationales comme La Via Campesina qui conteste la mondialisation néolibérale (La Via Campesina, 2006).  En outre, ces questionnements peuvent s’appuyer sur les réflexions de chercheurs comme les économistes, très souvent mobilisés dans les articles de presses. De même, certains groupes de chercheurs latino-américains s’appuient sur le « Buen Vivir » indigène pour contester l’efficience au nom de valeurs non économiques (Prada, 2017).

Enfin, les médias participent à la normalisation et la diffusion du protectionnisme et du démondialisme. La « démondialisation » comme « trend » est l’usage principal du mot dans la presse lors des trois derniers mois : « tendances à la démondialisation » (Le Journal du net, 2023), « the trend toward ‘deglobalisation’ » (Money Marketing, 2023), « the trend of deglobalisation » (The Sun (Nigeria), 2023). Il est intéressant de voir que les articles y font souvent référence comme une tendance de fond déjà en place, une nouvelle nature du commerce international. Or, comme dit précédemment, il est encore trop tôt pour parler d’une démondialisation-processus. L’usage de la démondialisation comme « trend » peut donc avoir des effets performatifs, orientant le comportements des lecteurs vers une perspective démondialiste. Anticipant par l’information de la presse une possible démondialisation future, ils pourraient la produire par leurs actions. Dans une perspective keynésienne, on pourrait supposer qu’un agent économique, voyant que d’autres agents se positionnent dans une perspective démondialiste, reproduise à son tour ces comportements (Keynes, 1936). Cette hypothèse semble pouvoir être appuyée par la forte présence de journaux liés à la finance dans le corpus d’articles (Forbes, Financial Times, Option Finance, Investissement Conseils). Par exemple, dans Financial Times (2023), Leo Lewis affirme : « L’idée que la politique de démondialisation continuera à favoriser les robots a également donné lieu à des prévisions qui attirent l’œil. » Une partie des agents financiers participe donc à la démondialisation en orientant, par les médias, les investissements vers les pays amis et proches, ou les secteurs d’activités porteurs dans un contexte de démondialisation.  Les relocalisations et le friend-shoring sont évoquées à plusieurs reprises dans la presse, ce qui témoigne de l’intérêt croissant pour la relocalisation financière et économique. Il s’agirait alors d’un processus auto-réalisateur. Cette question se pose aussi pour les sondages réalisés par les médias. En effet, plusieurs sondages ont été réalisés dans la presse, montrant un intérêt croissant des entreprises vers la démondialisation, ce qui pourrait amplifier le phénomène. Dans StockHouse (2023), la sixième enquête annuelle sur les risques politiques produite par WTW est évoquée, laquelle montre que 50% des entreprises prévoiraient le renforcement des tendances démondialistes. Ces sondages peuvent orienter les actions des agents économiques par mimétisme. Les entreprises, voyant que les comportements de leurs semblables se dirigent vers la réduction de la chaine de valeur internationale, pourraient imiter ce comportement.        

CONCLUSION :

Débattus depuis plus de vingt ans, les discours démondialistes proposent aujourd’hui encore des alternatives à la mondialisation. Ils n’ont toutefois pas encore mené au fléchissement du commerce international malgré les différentes opportunités permises par les crises globales. Même si des inquiétudes naissent au vu de l’émergence de politiques protectionnistes mobilisées par les Etats-Unis et les pays émergents, il semble que ces dernières témoignent plutôt d’un changement de mondialisation que d’un processus de démondialisation. La mondialisation économique évolue mais ne disparait pas. Il apparait que les différentes sociétés cherchent à profiter des avantages d’un monde globalisé tout en essayant de limiter les impacts néfastes qu’il peut avoir. Il s’agit donc d’une intégration économique stratégique et opportuniste, non d’une désintégration de l’économie mondiale. Les récentes politiques protectionnistes visent à limiter les importations mais aussi accroitre les exportations. En ce sens, il s’agit d’inverser les rapports de force. L’économie globale reste importante mais sa mobilisation par les différentes sociétés est vue comme devant de plus en plus respecter l’intérêt des Etats et des peuples. Il s’agit donc d’une mondialisation économique qui tend à être de plus en plus encadrée par l’impératif de souveraineté. En outre, si le monde semble se régionaliser, les échanges intercontinentaux restent importants. Il est encore trop tôt pour affirmer la naissance de blocs économiques déconnectés. La dépendance européenne au gaz russe ou aux importations chinoises témoignent du fait que la régionalisation européenne n’a pas mené mécaniquement à une fermeture de l’Europe sur elle-même. Enfin, les réflexions de ce travail s’intéressent principalement à la remise en cause de la mondialisation économique. Or, les mondialisations politique et culturelle semblent se perpétuer (KOF Index, 2023). Toutefois, il y a un vrai manque d’études quantitatives et qualitatives sur les démondialisations culturelles et politiques. Cette revue de littérature et de presse propose d’orienter les recherches futures vers ces aspects.

BIBLIOGRAPHIE :

Abdal A. & Ferreira D. M. (2021). « Deglobalization, Globalization, and the Pandemic », Journal of World-Systems Research, 27 (1), 202-230. URL: https://search-ebscohost-com.passerelle.univ-rennes1.fr/login.aspx?direct=true&db=edsdoj&AN=edsdoj.f0a24c8caf224e4e867a56a2e2f48597&lang=fr&site=eds-live.

Anjum O. (2020). “Editorial”. American Journal of Islam and Society, 37 (3-4), 7-24. URL: https://doi.org/10.35632/ajis.v37i3-4.1940

Banque Mondiale (2023a). « Exportations de biens et de services (% du PIB) » URL : https://donnees.banquemondiale.org/indicator/NE.EXP.GNFS.ZS?end=2021&start=1960&view=chart

Banque Mondiale (2023b). « Importations de biens et de services (% du PIB) » URL : https://donnees.banquemondiale.org/indicator/NE.IMP.GNFS.ZS

Bello W. (2002). Deglobalization: Ideas for a New World Economy, Zed Books, London, New York.

Bernier A. (2016). La Démondialisation ou le chaos, Utopia.

Bornschier V. & Chase-Dunn C. (1985). Transnational Corporations and Underdevelopment, New York: Praeger Press.

Cassen B. (1996, novembre). « Mondialisation et démondialisation ». Manière de voir, n°32.

Charaudeau, P. (2018). « Du discours politique au discours populiste. Le populisme est-il de droite ou de gauche? ». Policromias-Revista de Estudos do Discurso, Imagem e Som, 3(1), 11-23.

Chaubet, F. (2018). La mondialisation culturelle, Presses Universitaires de France. URL : https://doi-org.passerelle.univ-rennes1.fr/10.3917/puf.chaub.2018.01

Damon, J. (2019). « La dynamique des classes moyennes: Déclin au Nord, essor au Sud ». Futuribles, 432, 33-47. URL : https://doi.org/10.3917/futur.432.0033

Dye T. R. (1972). Understanding Public Policy, Englewood Cliffs (N. J.), Prentice-Hall.

Financial Times (2023, 5 mars). Lewis L. « The politics of deglobalisation favours the robots ». URL: https://www.ft.com/content/cc7ecf4d-4661-4756-bbee-376f58c2179d

Fougier E. (2006). Dictionnaire analytique de l’altermondialisme, Paris Ellipses.

Fougier E. (2012). « De l’altermondialisme aux « Indignés » : un nouveau souffle pour la contestation du capitalisme ? ». Revue internationale et stratégique, 86, 26-36.

Fougier E. (2017). « La mondialisation à l’ère du populisme. Démondialisation, ou mondialisation redéfinie ? », in : de Montbrial T. éd., Ramses 2018. La guerre de l’information aura-t-elle lieu ? Paris, Institut français des relations internationales, « Ramses », 68-73. URL : https://www-cairn-info.passerelle.univ-rennes1.fr/la-guerre-de-l-information-aura-t-elle-lieu–9782100759729-page-68.htm

Fougier E., Dimitrova A. (2019). « Contestation De La Mondialisation ». Politique Étrangère, 84 (3), 115-128.

Frigoli, G. & Ivaldi, G. (2017). « L’extrême droite et l’islam: fractures idéologiques et stratégies électorales ». Hommes & migrations, 27-34.

Hag-Min K., Ping L. & Yea Rim L. (2020). « Observations of Deglobalization against Globalization and Impacts on Global Business ». International Trade, Politics and Development, 4.2, 83-103.

Institut Montaingne (2023, 22 mars). Wright G. & Chetcutti L. « L’Inflation Reduction Act américain : au-delà de l’exigence climatique ». URL : https://www.institutmontaigne.org/expressions/linflation-reduction-act-americain-au-dela-de-lexigence-climatique

James H. (2018). « Deglobalization: The rise of disembedded unilateralism ». Annual Review of Financial Economics, 10, 219-237.

Jones, G. (2005). Multinationals and Global Capitalism: From the Nineteenth to the Twenty First Century, Oxford University Press, New York.

Keynes J. F. (1936 [1942]). Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Payot, Paris.

KOF Index (2023). Gygli, Savina, Haelg, Potrafke & Jan-​Egbert Sturm : The KOF Globalisation Index – Revisited, Review of International Organizations, 14(3), 543-​574. URL: https://kof.ethz.ch/fr/previsions-indicateurs/indicateurs/kof-indice-mondialisation.html

Komolov O. (2020). « Deglobalization and the “Great Stagnation” ». International Critical Thought, 10 (3), 424-439.

Kornprobst M. & Paul T. V. (2021). « Globalization, deglobalization and the liberal international order », International Affairs, 97, 5, 1305–1316. URL: DOI 10.1093/ia/iiab120.

Kotz, D. M. (2002). « Globalization and neoliberalism », Rethinking Marxism, 14(2), 64-79.

La Via Campensina (2006). « Neoloberal globalisation makes the world suffer, La Via Campesina Globalizes the Struggle », Via Camesina.org. URL : https://viacampesina.org/en/neoloberal-globalisation-makes-the-world-suffer-la-via-campesina-globalizes-the-struggle/

Le Galès, P. (2019). « Gouvernance » in : Laurie Boussaguet éd., Dictionnaire des politiques publiques: 5e édition entièrement revue et corrigée, Paris: Presses de Sciences Po, 297-305. https://doi-org.passerelle.univ-rennes1.fr/10.3917/scpo.bouss.2019.01.0297

Le Journal du net (2023, 14 mars). Estevez S. « Comment les données peuvent-elles améliorer la résilience des entreprises dans le domaine de l’industrie manufacturière ? ». URL : https://www.journaldunet.com/solutions/dsi/1520171-comment-les-donnees-peuvent-elles-ameliorer-la-resilience-des-entreprises-dans-le-domaine-de-l-industrie-manufacturiere/

Le Point (2023, 14 mai). Mahrane S. & Revol M. « Philippe Brun : « Être de gauche, ce n’est plus se battre pour les salaires, mais contre le compteur Linky ! ». URL : https://www.lepoint.fr/politique/philippe-brun-etre-de-gauche-ce-n-est-plus-se-battre-pour-les-salaires-mais-contre-le-compteur-linky-14-05-2023-2520023_20.php#11

Le Monde (2023, 5 avril). Bouissou J. « L’OMC prévoit un ralentissement du commerce mondial en 2023 ». URL : https://www.lemonde.fr/economie/article/2023/04/05/l-omc-prevoit-un-ralentissement-du-commerce-mondial-en-2023_6168438_3234.html

Les Echos (2023, 11 mai). Ray H. « La globalisation n’est pas morte, elle se transforme ». URL :  https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/la-globalisation-nest-pas-morte-elle-se-transforme-1942440

Miśkiewicz J. & Ausloos M. (2010). « Has the World Economy Reached Its Globalization Limit? », Physica A, 389.4, 797-806.

Money Marketing (2023, 3 mai). Husselbee J. « John Husselbee: Reasons to be optimistic ». URL: https://www.moneymarketing.co.uk/opinion/john-husselbee-reasons-to-be-optimistic/

Monteboug A. (2011). Votez pour la démondialisation, Flammarion.

OMC (2022). « Examen statistique du commerce mondial 2022 ». URL : https://www.wto.org/french/res_f/publications_f/wtsr_2022_f.htm

OMC (2023). « Perspectives du commerce international ». URL : https://www.wto.org/french/res_f/booksp_f/trade_outlook23_f.pdf

Padder A. H. (2023). « An Economic Analysis of Trade War and Deglobalization in Current International Relations within the Paradigm of Globalization ». Theoretical and Applied Economics, 30 (1), 215-226.

Paquin S. (2021). Économie Politique Internationale Mondialisation Et Gouvernance Globale, 3e ed., ed. Paris La Défense: LGDJ, Un Savoir-faire De Lextenso, 2021, Clefs Politique.

Perrineau, P. (2016). « Le retour des nationaux-populismes et la question migratoire ». Cités, 65, 111-120. URL : https://doi.org/10.3917/cite.065.0111

Polet, F. (2010). « Les résistances africaines entre répressions et instrumentalisations », Alternatives Sud, 17(4), 7-13.

Polet F. (coord.) (2021). Démondialisation ?, ed. Syllepse, « Alternatives Sud », ISBN : 9782849509265. DOI : 10.3917/syll.cetri.2021.02. URL : https://www-cairn-info.passerelle.univ-rennes1.fr/demondialisation–9782849509265.htm

Prada R. (2017), « Buen Vivir as a model for state and economy », in : Beyond Development. Alternative visions from Latin America, Transnational Institute/Rosa Luxemburg Foundation.

Sapir J. (2011). La démondialisation, Seuil.

Sauvêtre, P. (2020). « National-néolibéralisme : De quoi le « populisme » est le nom ». Sens public, 1-32.

Schaff A. (1967). « La définition fonctionnelle de l’idéologie et le problème de la “fin du siècle et l’idéologie” ». L’Homme et la société, 4, 49-59.

Schuerkens U. (2017). Social changes in a global world, Los Angeles etc. : Stage.

Schulz Y. (2020). « L’implication des acteurs chinois à l’étranger dans le secteur du recyclage des déchets », Perspectives chinoises. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/11634

Seifermann S. & Anzeneder J. (2022). « Deglobalization of Manufacturing Value Chains? A data-based approach », Procedia CIRP, 115, 54-59.

Shamita G. & Sushil (2022). « Impact of de-globalization on development: Comparative analysis of an emerging market (India) and a developed country (USA) », Journal of Policy Modeling, 44 (6), 1179-1197.

Shumilov, M. M. (2022). « The US-China Trade War in the Context of Deglobalization and the Re-ideologization of International Relations .». Upravlencheskoe Konsulʹtirovanie, 4, 19-34.

StockHouse (2023, 18 avril) « Political Risk loss frequency surges in 2022 to become “everyone’s risk” as Ukraine war delivers widespread financial losses ». URL : https://stockhouse.com/news/press-releases/2023/04/18/political-risk-loss-frequency-surges-in-2022-to-become-everyone-s-risk-as

Tanton Y. (2008). Ending Aid Dependence, Pambazuka Press.

The Economist (2019, 24 janvier). « Slowbalisation: The steam has gone out of globalisation ». URL: https://www.economist.com/leaders/2019/01/24/the-steam-has-gone-out-of-globalisation.

The Sun (Nigeria) (2023, 8 mai). « My expectations from incoming govt –Mimiko ». URL: https://sunnewsonline.com/my-expectations-from-incoming-govt-mimiko/  

Vernengo M. (2006). « Technology, Finance, and Dependency: Latin American Radical Political Economy in Retrospect », Review of Radical Political Economics, 38 (4): 551–568. doi:10.1177/0486613406293220. S2CID 55837218.

Vie publique (2023). « Subventions américaines aux industries vertes : quelle réponse européenne ? » URL : https://www.vie-publique.fr/en-bref/287950-inflation-reduction-act-ira-americain-vers-un-equivalent-europeen

Vuillemey G. (2022). Le Temps de la démondialisation, Seuil.

Wagner K. B. (2023). « Global Cinema in an Era of Deglobalization: Trans-territorial Compulsions and the Plenipotentiary Potential of Human Activities in Cloud Atlas and Okja.». Globalizations, 1-18.

World Socialist (2023, 21 avril). Beams N. « La directrice de la Banque centrale européenne met en garde contre la fragmentation de l’économie mondiale ». URL : https://www.wsws.org/fr/articles/2023/04/21/urvr-a21.html

Yallen J. (2022, avril). « Speaking at the Atlantic Council ». Discours de la secrétaire du Trésor américaine.


[1] « Le paradigme de la démondialisation » est une formule de Walden Bello (Polet, 2021 :33).



Citer ce billet
Ulrike Schuerkens (2023, 26 juillet). La mondialisation laisse-t-elle place à la démondialisation? ManaGlobal : Globalized Governance Norms and Local Business Practices. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r7wy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search