La pratique des transactions financières par mobile et l’évolution de l’emploi au Cameroun

Mindourewa Peketi

LiRIS[1], Université de Rennes 2, France

Résumé : l’objectif de ce projet est d’analyser l’impact de la pratique des transactions financières par la téléphonie mobile sur l’emploi, et plus spécifiquement celui des femmes, au Cameroun. En effet, l’analyse des données issues des deux premiers recensements généraux des entreprises montre que, sur la période 2008-2015, la forte expansion du nombre d’entreprises y a davantage profité à l’emploi des femmes qu’à celui des hommes. Aussi, cette période coïncide avec les années du lancement, par Orange Cameroun et MTN Cameroun, des services financiers par la téléphonie mobile.

Introduction

Les technologies numériques de l’information et de la communication (TIC) revêtent des enjeux cruciaux pour les pays en développement (PED). En effet, elles peuvent être sources d’une pléthore de dividendes pour leur développement (World Bank, 2016). Globalement, sur la croissance économique, même si leurs effets sont davantage plus élevés dans les pays développés (PD) que dans les pays en développement (PED) (Doucouliagos et al., 2018), elles offrent, à ces derniers, des possibilités de connaître des « sauts de grenouille[2] » (Gabas, 2005).

En permettant la dissociation du lieu de travail et celui de son exercice, grâce à l’avènement du télétravail, et en contribuant à la réduction des coûts de suivi et de vérification, ces technologies ont rendu possible la délocalisation de certaines tâches et emploi des PD vers les PED. Pour les tâches, c’est particulièrement le cas de celles en lien avec les services à la clientèle et, pour les emplois, ils s’agissent de ceux rendus possible par l’avènement et l’expansion des chaînes de valeurs mondiales (Amador et Cabral, 2016). En permettant aux partenaires commerciaux d’échanger, sans se rencontrer physiquement, quelle que soit leur localisation géographique[3], à condition de disposer d’un accès à internet et des équipements adéquats, elles ont rendu possible des transactions commerciales qui n’auraient pas pu se faire hors ligne (Hortaçsu et al. 2009 ; Gomez-Herrera et al. 2014 ; Lendle et al. 2016). Ce faisant, elles facilitent l’entrée des entreprises, surtout de détaillants en provenance des PED, sur les marchés internationaux, dans la mesure où ceux-ci sont soumis à plus d’obstacles commerciaux, comparativement à leurs concurrents dans les PD. C’est particulièrement le cas en Chine[4], où l’arrivée d’internet et le développement de plateformes de ventes en ligne ont permis à de millions d’individus de devenir des auto-entrepreneurs (World Bank, 2016). En dehors du nombre et de la taille des vendeurs, ces plateformes ont en plus des implications sur la marge intensive et la marge extensive (Huang et al., 2018 ; Huang et Song, 2019 ; Fernandes et al., 2019). La facilitation, à l’échelle globale, de la mise en relation des entreprises, dans le cas du commerce B2B, et des consommateurs et des entreprises, quand il s’agit du commerce B2C, et la dématérialisation des transactions, de bout en bout, sont synonymes de l’augmentation de la taille du marché[5] et de sa diversification.

En complément des places de marchés, des plateformes numériques de mise en relation des utilisateurs et des prestataires de services ont aussi été mises en place. Elles ont incontestablement démarré avec l’arrivée d’Uber qui permettait de mettre en relation des passagers avec des chauffeurs. Par la suite, cette intermédiation a été prolongée à d’autres services, comme la livraison de plats cuisinés, avec le développement d’Uber Eats.

Outre les échanges de biens et services, les TIC ont également affectées les activités financières. D’un côté, les améliorations continuelles de la vitesse et de la capacité de transmission des réseaux de télécommunication mobile et fixe et, de l’autre côté, des systèmes de traitement de l’information, ont considérablement modernisé la pratique de la finance. Elles ont donné naissance à la finance numérique (Paraná, 2016) et lui ont permis de se mondialiser. Par exemple, dans le domaine bancaire, elle se caractérise par la dématérialisation de toutes les activités bancaires et certaines des opérations et services associés. Ainsi, certaines opérations bancaires qui, auparavant, nécessitaient des déplacements ou des rencontres face-à-face peuvent se faire en ligne. Aussi, de nombreux services sont devenus accessibles en ligne. Même si ces bouleversements sont plus limités dans les pays pauvres et surtout dans les zones moins urbaines, il n’en demeure pas moins que des services bancaires, plus adaptés à leurs contextes, s’y développent. C’est par exemple le cas, dans de nombreux pays d’Afrique Subsaharienne (ASS), des services financiers par la téléphonie mobile ou « mobile money » (Mas et Morawczynski, 2009 ; Jack et Suri, 2011). Celui-ci revient à utiliser  son téléphone mobile comme un compte bancaire. Il permet donc de faire des dépôts en espèces, d’effectuer des paiements, de recevoir, de transférer et de retirer des fonds.

En facilitant la rencontre des différents agents économiques et leurs échanges de biens et de services, en redéfinissant et en redimensionnant les activités déjà existantes et en contribuant à l’émergence de nouvelles activités, les technologies numériques ont des répercussions, au final, sur une pléthore d’indicateurs. Par exemple, sur la croissance économique, il existe une littérature foisonnante et consensuelle, à la fois dans les PD et les PED, qui montre que les différents usages émanant de ces technologies concurrent à son accroissement. À partir d’une revue de la littérature, Bertschek et al. (2015) ont constaté que, globalement, l’accès aux infrastructures et l’adoption des services à haut débit impactent positivement et significativement la croissance économique. Toutefois, ces deux effets dépendraient, respectivement, du taux de couverture et du taux de pénétration. En optant, plutôt, pour une méta-analyse de 59 papiers, Doucouliagos et al. (2018) ont aussi montré que, de façon succincte, ces technologies ont contribué à l’augmentation de la croissance économique. En tenant compte du niveau de développement, ils montrent que les effets sont davantage plus élevés dans les PD que ceux en développement. De nombreux travaux (Brynjolfsson et Yang, 1996 ; Dedrick et al. 2003 ; Stiroh, 2005 ; Draca et al. 2009 ; Cardona et al. 2013 ; Acemoglu et al. 2014 ; Bertschek et al., 2015) montrent que cette augmentation serait allée de pair avec celle de la productivité des entreprises. Par contre sur l’emploi, un autre indicateur, auquel de nombreux travaux empiriques se sont également intéressés, les retombées de ces technologies ne font pas totalement l’unanimité. En effet, il existe trois volets dans cette littérature et, selon le cas, les travaux concernent uniquement les PD ou à la fois les PD et les PED.

Le premier volet de cette littérature a évalué les effets des usages et des investissements dans les TIC sur la demande du travail, en tenant compte des niveaux de qualification. Il a quasi-totalement été consacré aux PD[6]. Il existe une pléthore de travaux théoriques et empiriques qui montrent que l’avènement des technologies numériques, leurs améliorations continuelles et les investissements dans le capital TIC ont profondément transformé la demande du travail. Autor et al. (2003) ont constaté, à partir de données de recensements aux États-Unis, que l’augmentation des fréquences d’utilisation d’internet dans l’industrie a contribué à l’augmentation du recours de celle-ci à de la main-d’œuvre pour les tâches intellectuelles et non-routinières et cela s’est faite aux dépens des tâches routinières. Ces résultats sont confirmés, en considérant un échantillon plus large, composé de pays développés et émergents, sur la période 1999-2007 (Reijnders et de Vries, 2018). En utilisant un échantillon composé des États-Unis, du Japon et de neuf pays européens, sur la période 1980-2004, Michaels et al. (2014) ont constaté que les industries qui, ont connu la croissance la plus rapide de la part du capital TIC dans leur valeur ajoutée, ont également connu la plus forte substitution de travailleurs moyennement instruits, plutôt que de travailleurs peu qualifiés[7], par des travailleurs hautement instruits. En dehors des effets sur les travailleurs peu qualifiés, Balsmeier et Woerter (2019) sont aussi arrivé à la même conclusion, à partir d’un échantillon d’entreprises suisses, et comme indicateurs TIC, uniquement les investissements dans les technologies de l’Internet industriel des objets, de fabrication additive – impression 3D – et de fabrication robotisée.

Comme mécanismes, ces travaux mettent en avant plusieurs explications. D’un côté, les usages introduits par ces technologies se substituent aux tâches routinières et, de l’autre côté, ils complètent les tâches intellectuelles et non-routinières. A l’inverse sur les tâches manuelles et non-routinières, ils n’exercent aucun effet. Aussi, en dehors de ces tâches préexistantes, elles font émerger de nouvelles de plus en plus complexes (Autor et al., 2003 ; Michaels et al., 2014 ; Akerman et al., 2015). Cette polarisation de la demande du travail n’a pas, non plus, été épargnée par la robotisation progressive de certaines étapes de la production qui n’est pas sans lien avec les améliorations incessantes de ces technologies (Dauth et al., 2017 ; Acemoglu et Restrepo, 2018 ; Graetz et Michaels, 2018).

La seconde partie de ce volet s’est intéressée à ces effets, en tenant plutôt compte du sexe, aussi bien dans les PED que les PD. À partir des données de l’enquête sur les entreprises au Viet Nam, Chun et Tang (2018) ont montré que les investissements des entreprises dans les TIC ont contribué à l’accroissement de la demande relative de travailleurs féminins. De façon hétérogène, l’effet est plus élevé pour celles qui ont fait des études supérieures, alors qu’il est plus faible dans les secteurs qui nécessitent des tâches complexes. Sandra et Spitz-Oener (2010) avaient aussi mis en avant, en utilisant des données de l’Allemagne de l’Ouest, les innovations technologiques, comme la source de la réduction de l’écart salarial hommes-femmes. Chez les femmes, elles auraient contribué au déclin relatif des tâches routinières au profit des tâches analytiques et interactives non-routinières. À partir de données en panel à l’échelle des entreprises au Mexique, Juhn et al. (2014) ont aussi montré qu’en réduisant les compétences physiquement exigeantes dans le processus de production, les améliorations technologies, du fait de la libéralisation du commerce, ont favorisé la substitution des hommes par les femmes dans les secteurs intensifs en tâches manuelles. En se focalisant sur un échantillon de 48 pays africains, durant la période 2001-2017, Ngoa et Song (2021) ont montré que l’utilisation de ces technologies a stimulé la participation des femmes au marché du travail. Son impact est d’autant plus élevé que le développement financier s’améliore, que le niveau d’éducation des femmes augmente et qu’on se situe dans le secteur industriel.

De façon complémentaire, le second volet de cette littérature s’est focalisé sur les effets des usages et des investissements dans les TIC sur la création d’entreprise dans les PED et les PD. En explorant la relation entre l’expansion des TIC et l’entrepreneuriat, à partir de différentes enquêtes représentatives de la population américaine, Fairlie (2006) a montré qu’il existe une forte relation positive entre la possession d’un ordinateur à domicile et l’esprit d’entreprise et cela peu importe le type d’entreprises. En tenant compte du genre, il a trouvé que cette relation est plus prégnante chez les femmes que les hommes. En se focalisant plutôt sur les comtés non métropolitains aux États-Unis, à partir de données de 2014, Deller et al. (2022) ont montré que l’accès au haut débit est de plus en plus indispensable au développement de l’entreprenariat en milieu rural. En plus, il semblerait que la qualité des réseaux soit également déterminante. En utilisant des données à l’échelle des municipalités, sur la période 2008-2015, Hasbi (2020) a montré que le raccordement aux réseaux de câbles en fibre optique a favorisé la création de nouvelles entreprises en France. En tenant compte du secteur d’activité, elle a trouvé que cet effet ne dépend du niveau de qualification de la population active que dans le secteur de la construction et celui des services aux ménages. Toujours en France, plutôt sur la période 2013-2017 et en considérant la disponibilité du haut débit, comme variable d’intérêt, Duvivier et al. (2021) ont montré qu’elle a un effet positif global sur le taux de création d’établissements dans les grandes, moyennes et petites villes et dans les zones périurbaines. Cependant, dans les zones rurales, celle-ci a peu ou pas d’impact. Par contre, en s’intéressant aux effets sectoriels, ils ont montré que ces retombées peuvent aussi prévaloir dans ces zones, notamment dans certaines industries à forte intensité de connaissances. À partir de la stratégie gouvernementale du haut débit en Chine, une expérience quasi-naturelle, Luo et al (2022) ont aussi identifié, de 2001 à 2018, le capital humain, comme canal de transmission des effets positifs et significatifs des technologies numériques sur l’entreprenariat. Comme canal supplémentaire, ils ont aussi identifié le développement financier. Houngbonon et al. (2022) ont plutôt utilisé, comme expérience quasi-naturelle, les arrivées des câbles sous-marins en fibre optique, sur la période 2009-2014, et le déploiement ultérieur du réseau terrestre en Afrique. De là, ils ont montré que l’accès à internet rapide qui en découle accroît les activités entrepreneuriales, surtout dans le secteur des services. En Chine, où le commerce en ligne a aussi connu un développement rapide dans les zones rurales, depuis la création d’Alibaba, en 1999, suivie par d’autres plateformes, comme Taobao, Luo et Niu (2019) ont montré, à l’aide d’une enquête sur les villages Taobao, que cela y a favorisé l’entreprenariat et crée des opportunités d’emploi flexibles et inclusives. En considérant plutôt l’utilisation d’internet en Chine, Zhao (2020) a montré que son expansion rapide augmente de manière significative la probabilité d’un emploi non salarié en milieu rural. Ces effets sont observés pour les hommes, les personnes âgées et les plus instruits, et passent par la réduction des contraintes financières, les restrictions liées au capital social et les coûts de transaction. En considérant que les infrastructures facilitant la connectivité et les liens entre les personnes sont plus propices au démarrage d’une activité, Audretsch et al. (2015) sont parvenus à la conclusion que la création de startups est plus impactée par le déploiement du haut débit fixe en Allemagne, durant la période 2001-2005, que les  autoroutes et les chemins de fer. McCoy et al. (2017) se sont aussi intéressés aux effets de la disponibilité du haut débit fixe, tout en tenant compte de ceux de la présence d’infrastructures physiques en Irlande, entre 2002 et 2012. Leurs estimations ont montré que la disponibilité du haut débit fixe a eu un impact positif sur la création d’entreprises, en particulier dans les secteurs de haute technologie, quand il s’agit de la fibre optique. Ils trouvent aussi que ces effets sont influencés par les niveaux de capital humain. En se basant sur le fait que les réseaux de télécommunications mobiles sont plus accessibles à l’échelle mondiale, Alderete (2017) a analysé la relation entre le pourcentage des abonnements actifs au large bande mobile et la création d’entreprises dans les PD et les PED. À partir de données de panel, portant sur la période 2007-2012 et concernant 58 pays, il a montré qu’il existe une relation positive entre le haut débit mobile et l’entrepreneuriat.

Le dernier pan de cette littérature s’est logiquement focalisé sur l’emploi total, comme variable à expliquer. Outre les effets sur la croissance économique et la productivité, Bertschek et al. (2015) ont aussi constaté que l’accès aux infrastructures et l’adoption des services à haut débit impactent positivement l’emploi. Toutefois, les effets sont plus élevés pour les travailleurs hautement qualifiés et les industries intensifs en informations. Hjort et Poulsen (2019) ont montré que l’arrivée de câbles sous-marins en fibre optique en Afrique a été bénéfique aux taux d’emploi, mais cela a davantage eu lieu dans les professions plus qualifiées que pour les travailleurs moins instruits. En se focalisant sur le secteur des services, Ndubuisi et al. (2021) ont montré, sur la période 1996-2017, en ASS, que les expansions de l’utilisation d’internet et des abonnements à la téléphonie mobile et fixe y ont favorisé l’emploi. Plus généralement, en tenant compte de l’emploi dans l’agriculture, l’industrie et les services, et en utilisant, comme variable d’intérêt, l’arrivée de câbles sous-marins, Simione et Li (2021) n’ont trouvé un effet positif et significatif que pour l’emploi dans les services. Whitacre et al. (2014) ont montré que, contrairement à l’adoption du haut débit, l’augmentation de sa disponibilité n’a pas d’impact significatif sur le nombre d’emplois disponible dans les comtés non métropolitains aux États-Unis, sur la période 2008-2011. En considérant plutôt la période 1999-2007, Atasoy (2013) a montré que l’expansion de l’accès à internet haut débit a davantage entraîné une augmentation du taux d’emploi dans les zones rurales et isolées. À l’inverse en Europe, à partir d’un échantillon de 10 pays européens, sur la période 2002-2008, Biagi et Falk (2016) ont montré que les activités liées aux TIC n’ont pas d’effets significatifs sur l’emploi. Il semblerait que les effets ont tendance à se neutraliser. En Inde, où les normes patriarcales et la discrimination fondée sur le genre sont plus prégnantes, à partir de l’enquête sur les entreprises de la Banque mondiale de 2014, Jain (2021) a constaté que l’adoption des TIC a un effet positif sur la part totale des femmes dans la population active. Par contre, cela ne concerne que les emplois hautement qualifiés.

Les travaux portant sur les relations entre, d’une part, la demande du travail, l’offre du travail et l’emploi, et d’autre part, les investissements et des usages des TIC, montrent que, globalement, celles-ci sont positives et significatives, concernent davantage le secteur des services, et relèvent souvent de l’emploi des femmes que celui des hommes. Malgré que cette littérature soit déjà très foisonnante, il y a besoin des nouveaux travaux, du fait de l’émergence de nouveaux usages permis par ces technologies. C’est le cas des services financiers par la téléphonie mobile, pour lesquels, on peut s’attendre aux mêmes conclusions, d’autant plus qu’il prévaut plusieurs canaux à partir desquels ils pourraient contribuer à l’amélioration du marché de l’emploi. Dans cette étude, nous portons notre attention sur l’emploi. Notre principal apport a été d’évaluer concomitamment les effets, non seulement, de la pratique des transactions par la téléphonie mobile, mais aussi de la disponibilité d’une connexion internet et de l’effectuation des opérations d’affaires par internet sur l’emploi des femmes dans les entreprises au Cameroun. Par rapport aux travaux existants qui ne tiennent pas compte des autres usages des TIC, celui-ci est moins problématique pour l’identification de l’effet causal de ces services. Pour les estimations, nous avons utilisé la base issue du recensement général des entreprises de 2015 au Cameroun. Celle-ci dispose des données sur les effectifs permanents employés, les usages des TIC, dont la pratique des transactions via la téléphonie mobile, et d’autres variables à l’échelle des entreprises.

Les retombées de la pratique des transactions par la téléphonie mobile

Les bénéfices attendus de la popularisation de la pratique des transactions par la téléphonie mobile sont conditionnés à un certain nombre de prérequis, tant pour les opérateurs que les utilisateurs. La condition initiale de cette pratique est la couverture en réseaux de télécommunication mobiles et la disponibilité d’une téléphonie mobile. À défaut de disposer des dernières générations, les opérateurs et les utilisateurs doivent au moins être couverts en 2G. Dans le cas des transactions intercontinentales, en plus des antennes-relais, il y a besoin de raccordements en câbles sous-marins en fibre optique ou de satellites. Dans la mesure où la disponibilité des réseaux de télécommunications ne garantit pas leur adoption, surtout par les personnes pauvres ou en milieux isolés, les pouvoirs publics doivent s’assurer que les coûts des abonnements soient accessibles au plus grand nombre de personnes. Pour cela, il doit s’atteler à promouvoir la concurrence entre les opérateurs téléphoniques et à réduire les fractures numériques, par des interventions publiques ciblées. En effet, selon les caractéristiques régionales, les opérateurs desservent beaucoup plus rapidement certaines régions que d’autres. Il arrive même que certaines localités ne soient jamais desservies.

En plus de la disponibilité des infrastructures de télécommunication, l’utilisation de ces services financiers nécessite l’intervention de plusieurs intermédiaires[8], dont certains doivent être en nombre suffisant, pour la fluidité des différentes opérations. Dans les pays où ces conditions sont remplies, les retombées économiques du déploiement de ces services vont dépendre de l’évolution du taux d’adoption et s’ils sont, par la suite, complétés par des produits bancaires par la téléphonie mobile.

La disponibilité de services financiers par la téléphonie mobile offre, à tous les agents économiques, la possibilité de dématérialiser diverses opérations associées à leurs comportements. Pour les entreprises, c’est le cas pour l’envoie et la réception des flux financiers associés aux ventes et aux achats de biens et services, et pour le paiement des salaires. Du côté des ménages, elles s’agissent du dépôt et du retrait d’espèces, de la réception de salaire, du transfert de fonds et du règlement des achats de biens et de services. De même, l’état tire aussi profit de l’avènement de ces services financiers qui peuvent contribuer à la généralisation de la dématérialisation des paiements des taxes et impôts et à la sécurisation des recettes. Il en est de même du côté des dépenses, comme les salaires des fonctionnaires et les pensions. Par conséquent, au préalable, à condition que le lancement de ces services s’accompagne de l’augmentation de leur taux d’utilisation, les entreprises, les ménages et l’État ne peuvent en tirer de bénéfices.

Le bénéfice immédiat qui découle de l’augmentation de l’adoption des services financiers par la téléphonie mobile dans les PED, comme c’est le cas en ASS[9], est l’amélioration de l’inclusion financière des ménages et des entreprises, notamment dans les zones rurales (Kirui et al., 2013). À son tour, elle devrait faciliter les échanges commerciaux, en contribuant à la réduction des coûts de transactions[10] (Munyegera et Matsumoto, 2016 ; Islam et al., 2018), à l’augmentation de la réception des transferts de fonds (Tabetando et Matsumoto, 2020 ; Jack et Suri, 2014) et de la liquidité sur les marchés (Islam et al., 2018). C’est particulièrement le cas, lorsque, à la fois, le fournisseur et le client ne disposent pas de comptes bancaires ou sont localisés dans des zones ou pays n’ayant pas un système financier assez développé. Aussi, dans la mesure où ces services sont complémentaires des nombreux autres dans le secteur tertiaire, cela peut y faciliter la création ou le maintien d’un certain nombre d’activités.

Dans les pays où ces services sont complétés par des produits d’épargne, de prêt et d’assurance[11] par la téléphonie mobile, on s’attend à une amélioration de l’accès au financement des entreprises et l’octroi de plus de crédits aux ménages. En effet, ces produits devraient encourager l’épargne nationale, grâce au versement d’intérêts sur les dépôts, et contribuer à l’augmentation de l’octroi de prêts et de microcrédits (Gosavi, 2018). Outre l’apport personnel et le prêt familial ou privé, les entrepreneurs peuvent espérer bénéficier d’autres types de financements. Cette espérance est liée à l’augmentation de la quantité d’épargne nationale disponible, dont la rareté et le coût de financement font partie des principaux obstacles au développement des petites et moyennes entreprises dans les PED (Bloom et al., 2010 ).

En contribuant au relâchement de la contrainte financière exercée sur les ménages et les entreprises, du fait de leur localisation dans des pays financièrement moins développés, le développement de ces services et produits est sensé, d’une part, augmenter la probabilité de créer une entreprise et, d’autre part, favoriser l’investissement. Globalement, on peut en espérer une augmentation de l’activité économique et donc une augmentation de la demande de travail. Ces effets restent à mettre en évidence, dans la mesure où, dans les PED, d’autres contraintes financières, comme le coût de financement, demeurent, ou sont faiblement impactées par ces innovations bancaires.

Les tendances des transactions par mobile au Cameroun

Les premières données disponibles sur les dynamiques des activités de monnaie électroniques[12], au sein de la zone CEMAC[13], montrent qu’en termes de nombre, les transactions sont dominées par le Cameroun et le Tchad, alors qu’en termes de valeur, elles le sont par le Gabon et le Cameroun. En 2014, selon les chiffres de la BEAC[14], la valeur des transactions ont atteint plus de 223 milliards de FCFA au Gabon, alors qu’elle n’était que 76 milliards en Cameroun, pour un peu plus de 6 millions de transactions dans les deux pays. En 2015, la valeur des transactions a plus que doublé au Cameroun, alors qu’elle a seulement légèrement augmenté au Gabon. A l’inverse en termes de nombres, elles ont plus que doublé dans les deux pays. Malgré ces évolutions, l’activité est restée dominée par le Gabon. Par contre en 2016, les dynamiques se sont inversées entre ces deux pays. Le Cameroun a connu une forte expansion, à la fois du nombre et de la valeur des transactions, qui lui a permis de se retrouver en première position. Depuis 2016, l’activité est restée dominer par le Cameroun. Le taux d’activité, qui correspond au rapport entre le nombre de clients ayant utilisés son porte-monnaie électronique au cours d’une période donnée sur le nombre total de clients, a aussi suivi la même trajectoire. En 2015, il y a avait un écart de plus de 30 points de pourcentage entre les deux pays. L’expansion de l’activité a permis au Cameroun de réduire progressivement l’écart. Celui-ci y est passé de 13 % en 2015 à 40 % en 2017, pendant qu’au Gabon il n’a augmenté que de 4 points de pourcentage. Sur cette période, il y est passé de 46 % à 50 %. De façon désagrégée, ces tendances résultent principalement de l’augmentation des recharges de porte-monnaie électroniques, des retraits d’espèces au guichet et  du transfert d’argent. Concernant les acteurs, au Cameroun, le secteur est dominé par les deux principaux opérateurs de réseau mobile, Orange et MTN. Ils ont respectivement lancé, en 2011 et 2010, Orange Money et MTN Mobile Money.

L’évolution de l’emploi au Cameroun

L’ensemble des dynamiques en cours sur le marché de l’emploi au Cameroun peut être analysé en se basant sur le premier et le deuxième recensement général des entreprises (RGE), datant respectivement de 2008 et 2015[15]. Le RGE 1 a permis de répertorier au total  93 969[16] unités économiques. Le RGE 2 a révélé que ce chiffre a connu une forte progression sur la période 2008-2016. En effet, il a plus que doublé, pour s’établir à 209 482 unités économiques – 203 419 entreprises siège et 6 063 établissements. En tenant compte de régions de localisation de chaque entreprise, on observe que – graphique 1.1 –, sur cette période, la répartition géographique des entreprises est dominée par la région du littoral[17], suivie de la région du centre[18]. En 2015, elles concentraient, à eux deux, près de deux tiers des unités ; un chiffre en légère baisse, par rapport à 2008. Avec des écarts de plusieurs points de pourcentage, par rapport à ces deux régions, suivent celles de l’ouest, du sud-ouest et du nord-ouest. En utilisant plutôt la typologie des entreprises, en 2008, tout comme en 2015[19], on observe – graphique 1.2 – que cette progression relève principalement des très petites entreprises (TPE), auxquelles il faut ajouter les petites entreprises (PE). Leur part dans les unités économiques est passé de 94% en 2008 à 98% en 2015, uniquement grâce aux très petites entreprises. On retrouve cette polarisation des entreprises, en passant à la typologie du secteur économique – graphique 1.3 –. Que ce soit en 2008 ou en 2015, il prévaut une surreprésentation des entreprises du secteur tertiaire parmi les entreprises recensées. Leur part[20] n’a quasiment pas changé entre les deux recensements.

En analysant les données, à partir de ces trois nomenclatures, d’abord, on observe que la forte progression du nombre d’unités économiques recensées sur la période 2008-2015 a concerné l’ensemble des régions. Malgré que le nombre d’entreprises recensées aient plus que doublé sur cette période, leur répartition régionale a été stable. Les pourcentages des communautés urbaines de Douala et de Yaoundé sont même restés identiques. Ensuite, cette progression relève principalement des TPE et PE. Enfin, elle concerne principalement les entreprises qui fournissent des services.

Graphique 1.1 : répartition géographique des entreprises

Source : Auteurs/RGE-1, RGE-2

Graphique 1.2 : répartition des entreprises, selon leurs typologies

Source : Auteurs/RGE-1, RGE-2

Graphique 1.3 : répartition sectorielle des entreprises

Source : Auteurs/RGE-1, RGE-2

En fournissant des informations sur l’emploi dans les entreprises, les deux recensements nous permettent d’établir des faits stylisés en 2008 et d’analyser leurs évolutions sur la période 2008-2015. En l’absence de données sur l’emploi, pour chaque catégorie socio-professionnelle, nous allons nous concentrer uniquement sur les effectifs d’employés permanents.

Le RGE 1 montre que les 85 888[21] unités économiques recensées ont embauché 360 684 employés permanents, soient 259 524 employés permanents hommes et 101 160 employés permanents femmes. En termes de pourcentage, ceux-ci représentent respectivement 71,95 et 28,05% des  emplois permanents – graphique 2.1. Et en termes de rapport, le nombre d’employés femmes représente 40% du nombre d’employés homme. En passant plus qu’au double en 2015, les 205 810[22] unités économiques recensées ont fait évoluer ces pourcentages. Ils ont permis d’améliorer significativement la part des employés permanents femmes, en la faisant passer de 28,05 à 43,95%. Pour mieux appréhender cette variation, comme précédemment, nous allons nous servir de différentes typologies.

En tenant compte de la localisation géographique des entreprises, nous montrons qu’en 2008, quelle que soit la région, le nombre moyen d’employés hommes par entreprise est toujours supérieur à celui des femmes – graphique 2.2. Les rapports les plus faibles sont observés dans la région d’Adamaoua et les deux régions du nord – Nord et Nord-Extrême. À l’autre extrémité, on retrouve uniquement la région du littoral. Avec le RGE 2, nous montrons que, sur la période 2008-2015, le nombre moyen d’employés femme par entreprise a connu une très forte progression dans la majorité des régions. Du côté des employés homme, on observe des tendances inverses. En effet, à l’exception des régions d’Adamaoua et du Sud-ouest, qui connaissent des améliorations, leur nombre a baissé dans les toutes les autres régions. De par ces tendances, on observe une réduction généralisée des rapports entre le nombre moyen d’employés femme et le nombre moyen d’employés homme par entreprise. Ces dynamiques mettent en évidence que l’amélioration globale de l’emploi au Cameroun, observée entre les deux recensements, relève davantage de celui des femmes que des hommes.

En passant à la typologie des entreprises, ces dynamiques sont confirmées, à la fois dans les moyennes entreprises (ME) et les TPE. Comme le montre le graphique 2.3, entre 2008 et 2015, pendant que, pour les hommes, le nombre moyen d’employés par entreprise est resté stable dans ces deux types d’entreprises, pour les femmes, il a doublé dans les TPE et connu une forte augmentation dans les ME. Dans les PE, on observe une baisse, à la fois pour les hommes et les femmes, alors que dans les grandes entreprises (GE), on observe plutôt une hausse, plus forte pour les femmes que les hommes.

En tenant compte du secteur économique d’appartenance, on observe que l’accroissement du nombre moyen d’employés femmes par entreprise a principalement eu lieu dans le secteur primaire. Comme le montre le graphique 2.4, ce nombre y est passé de 19,2, en 2008, à 31,3, en 2015. À l’inverse, il est resté quasi-identique dans le secteur secondaire, alors qu’il a connu une légère hausse dans le secteur tertiaire, en passant de 1,1, en 2008, à 1,4, en 2015.

Graphique 2.1 : répartition des emplois permanents selon le sexe

Source : Auteurs/RGE-1, RGE-2

Graphique 2.2 : répartition des emplois permanents selon la région

Source : Auteurs/RGE-1, RGE-2

Graphique 2.3 : répartition des emplois permanents selon la typologie des entreprises

Source : Auteurs/RGE-1, RGE-2

Graphique 2.4 : répartition des emplois permanents selon le secteur économique

Source : Auteurs/RGE-1, RGE-2

Revue de la littérature

La littérature sur les retombées macroéconomiques des services financiers par la téléphonie mobile est assez pléthorique (Ahmad et al., 2020). Cependant, les travaux empiriques concernant les effets  de ces services sur les indicateurs à l’échelle des entreprises, comme la productivité, l’emploi, l’investissement, ou le financement, sont relativement moins foisonnants et récents. En se focalisant sur les investissements, Islam et Muzi (2022) ont montré, à partir des enquêtes transversales auprès des entreprises de la Banque mondiale, dans 16 pays d’Afrique subsaharienne, qu’il existe une relation positive et significative entre l’utilisation de ces services et les investissements des entreprises appartenant à des femmes, contrairement à ceux appartenant aux hommes. En tenant compte de la taille, ils ont trouvé que cette relation est plus prégnante lorsqu’elles s’agissent des entreprises de petites et moyennes tailles. Islam et al. (2018) avait déjà constaté, à partir uniquement des enquêtes transversales de 2012, dans trois pays d’Afrique de l’Est – Kenya, Tanzanie et Ouganda –, qu’il existait une relation positive entre l’utilisation de ces services et les investissements des entreprises du secteur privé dans les actifs fixes. Ils ont aussi montré que ces effets relèvent principalement des PE et ME. À partir plutôt de l’ensemble des données des enquêtes de 2013, Gosavi (2018) a montré que les entreprises qui utilisent l’argent mobile sont plus susceptibles d’obtenir des prêts ou des lignes de crédit. Elles sont aussi plus productives que les autres entreprises. En utilisant un échantillon composé à la fois des entreprises formelles et informelles au Zambie, en Mozambique et au Zimbabwe, Kabengele et Roessling (2022) n’ont observé une relation positive et statistiquement significative entre l’utilisation des services financiers par la téléphonie mobile et la productivité du travail que dans les entreprises informelles. Et, en tenant compte du sexe du chef d’entreprise, ils ont montré que l’amélioration de cette productivité est plus forte dans les entreprises informelles dirigées par des femmes que celles dirigées par les hommes.

Fani et al. (2022) se sont plutôt focalisés sur les retombées de l’expansion de ces services sur les entreprises du secteur primaire. À partir de données en panel en Ouganda, ils ont montré que l’adoption de l’argent mobile augmente le revenu agricole par habitant, la probabilité d’utiliser des engrais chimiques sur les parcelles de maïs et d’adopter des semences de maïs à haut rendement. Aussi, à partir d’une enquête auprès des ménages agricoles ruraux, au Kenya en 2010, Kirui et al. (2013) avait trouvé qu’il existait une relation positive entre l’utilisation de services de transfert d’argent par téléphone mobile et, d’une part, leur utilisation annuelle d’intrants et, d’autre part, leur revenu. Kikulweet al. (2014) ont abouti à la même conclusion sur le revenu agricole, en partant  d’une enquête auprès des ménages de petits exploitants agricoles dans le même pays en 2013. Il en est de même pour Abdul‐Rahaman et Abdulai (2021) qui sont partis d’une enquête transversale auprès des petits exploitants de riz dans le nord du Ghana.

En conclusion, la littérature en cours d’émergence sur les implications des services financiers par la téléphonie mobile pour la dynamique des entreprises tend à montrer que  les femmes tirent davantage profit de ceux-ci que les hommes. Il en est de même pour les zones rurales. Ces innovations financières peuvent, en complément de politiques économiques, ainsi œuvrer à la réduction des inégalités de genre, des contraintes de financement des entreprises, plus criantes en Afrique subsaharienne (Asiedu et al., 2013), et des défaillances des marchés, plus prégnantes dans les zones rurales. Aussi, à notre connaissance, il n’existe pas encore de travaux empiriques sur les effets de l’utilisation de ces services sur l’emploi, particulièrement celui des femmes. L’objectif de ce travail est donc de répondre à cette limite, en se focalisant sur le Cameroun, un des pays de l’Afrique Centrale qui connait une forte expansion de leur utilisation.

Bibliographie

Abdul-Rahaman, A., & Abdulai, A. (2021). Mobile Money Adoption, Input Use, and Farm Output among

       Smallholder Rice Farmers in Ghana. Agribusiness: An International Journal, 38(1), 236-255, 

       doi:10.1002/agr.21721.

Acemoglu, D., Autor, D., Dorn, D., Hanson, G. H., & Price, B. (2014). Return of the Solow Paradox? IT,

       Productivity, and Employment in US Manufacturing. American Economic Review, 104(5), 394–399.

       doi:10.1257/aer.104.5.394.

Acemoglu, D., & Restrepo, P. (2018). The Race between Man and Machine: Implications of Technology  

       for Growth, Factor Shares, and Employment. American Economic Review, 108(6), 1488–1542.

       doi:10.1257/aer.20160696.

Ahmad, H. A., Green, C., & Jiang, F. (2020). Mobile money, financial inclusion and development. Journal 

       of Economic Surveys, 34(4), 753–792.

Akerman, A., Ingvil, G., & Magne, M. (2015). The Skill Complementarity of Broadband Internet.  

       Quarterly Journal of Economics, 130(4), 1781–1824. doi:10.1093/qje/qjv028.

Alderete, M. V. (2017). Mobile broadband: A key enabling technology for entrepreneurship? Journal of

       Small Business Management, 55(2), 254–269. doi:10.1111/jsbm.12314.

Amador, J., & Cabral, S. (2016). Global value chains: A survey of drivers and measures. Journal of

        Economic Surveys, 30 (2), 278–301.

Asiedu, E., Kalonda-Kanyama, I., Ndikumana, L., & Nti-Addae, A. (2013). Access to credit by firms in Sub 

       Saharan Africa: How relevant is gender? American Economic Review: Papers & Proceedings, 103(3),

       293-297.

Atasoy, H. (2013). The Effects of Broadband Internet Expansion on Labor Market Outcomes. Industrial

       and Labor Relations Review, 66(2), 315–345.

Audretsch, D. B., Heger, D., & Veith, T. (2015). Infrastructure and Entrepreneurship. Small Business

       Economics, 44: 219–30.

Autor, D. H., Levy, F., & Murnane, R. J.  (2003). The Skill Content of Recent Technological Change: An

       Empirical Exploration. The Quarterly Journal of Economics, 118(4), 1279–1333.

       doi: 10.1162/003355303322552801.

Balsmeier, B., & Woerter, M.  (2019). Is this time different? How digitalization influences job creation

       and destruction. Research Policy, 48(8), 103765. doi:10.1016/j.respol.2019.03.010.

Bertschek, I., Briglauer, W., Hüschelrath, K., Kauf, B., & Niebel, T. (2015). The Economic Impacts of

       Broadband Internet: A Survey. Review of Network Economics,14(4), 201–227.

Biagi, F., & Falk, M. (2017). The Impact of ICT and E-Commerce on Employment in Europe. Journal of

       Policy Modeling, 39(1), 1-18.

Black, S. E., & Spitz-Oener, A. (2010). Explaining Women’s Success: Technological Change and the Skill

       Content of Women’s Work. Review of Economics and Statistics, 92(1), 187–194.

       doi:10.1162/rest.2009.11761.

Bloom, N., Mahajan, A., McKenzie, D., & Roberts, J. (2010). Why Do Firms in Developing Countries Have

       Low Productivity? American Economic Review: Papers and Proceedings, 100(2), 619–23.

Brynjolfsson, E, & Yang, S. (1996). Information Technology and Productivity: A Review of the Literature.

       Advances in Computers, Academic Press, 43, 179-214.

Cardona, M., Kretschmer, T., & Strobel, T. (2013). ICT and productivity: Conclusions from the empirical

       literature. Information Economics and Policy, 25(3), 109 – 125.

Chun, N., & Tang, H. (2018). Do Information and Communication Technologies Empower Female

       Workers? Firm-Level Evidence from Viet Nam. ADBI Working Paper 545.

Dauth, W., Findeisen, S., & Suedekum, J. (2017). Trade and Manufacturing Jobs in Germany. American

       Economic Review, 107(5), 337–342. doi:10.1257/aer.p20171025.

Dedrick, J., Gurbaxani, V., & Kraemer, K.L. (2003). Information technology and economic performance:

       A critical review of the empirical evidence. ACM Comput. Surveys, 35(1) 1–28.

Deller, S. C., Whitacre, B., & Conroy, T. (2021). Rural broadband speeds and business startup rates.

       American Journal of Agricultural Economics, 104(3), 999–1025. doi :10.1111/ajae.12259

Doucouliagos, H., Stanley, T. D., & Steel, P. (2018). Does ICT Generate Economic Growth? A Meta-

        Regression Analysis. Journal of Economic Surveys, 32(3), 705–726. doi:10.1111/joes.12211.

Draca, M., Sadun, R., & van Reenen, J. (2007). Productivity and ICTs: A Review of the Evidence. In The  

       Oxford Handbook of Information and Communication Technologies, edited by R. Mansell, C. 

       Avgerou, D. Quah, and R. Silverstone, 100–147. Oxford: Oxford University Press.

Duvivier, C., Cazou, E., Truchet‐Aznar, S., Brunelle, C., & Dube, J. (2021). When, where, and for what

       industries does broadband foster establishment births?. Papers in Regional Science, 100(6), 1377-

       1401.

Fairlie, R. W. (2006). The personal computer and entrepreneurship. Management Science, 52(2), 187-

       203

Fani,  D. C. R., Tabetando, R., & Matsumoto, T. (2022). Mobile Money, Agricultural Intensification, and 

       Household Welfare: Panel Evidence from Rural Uganda. Journal of Agricultural and Applied

       Economics,  54, 515–530. doi:10.1017/aae.2022.25

Fernandes, A. M., Mattoo, A., Nguyen, H., & Schiffbauer, M. (2018). The internet and Chinese exports

        in the pre-ali baba era. Journal of Development Economics. doi:10.1016/j.jdeveco.2018.11.003.

Gabas, J-J. (2005). Société numérique et développement en Afrique : usages et politiques publiques.

       Éditions Karthala.

Gasparini, L., Brambilla, I., Falcone, G., Lombardo, C., & César, A. (2021). Routinization and 

       Employment: Evidence for Latin America. Working Papers 0276, CEDLAS, Universidad Nacional de

       La Plata.

Gomez-Herrera, E., B. Martens, & G. Turlea (2014). The drivers and impediments for cross-border e-

       commerce in the eu. Information Economics and Policy, 28, 83-96.

Gosavi, A. (2018) Can mobile money help firms mitigate the problem of access to finance in eastern 

       sub Saharan Africa? Journal of African Business, 19(3): 343–360

Hasbi, M. (2020). Impact of Very High-Speed Broadband and Company Creation and Entrepreneurship:

       Empirical Evidence. Telecommunications Policy, 44(3): 101873.

Islam, A. M., & Muzi, S. (2018). Does mobile money use increase firms’ investment? Evidence from 

       Enterprise Surveys in Kenya, Uganda, and Tanzania. Small Business Economics, 51, 687–708.

Islam, A. M., & Muzi, S. (2022). Does mobile money enable women-owned businesses to invest? Firm-

       level evidence from Sub-Saharan Africa. Small Business Economics, 59, 1245–1271.

Juhn, C., Ujhelyi, G., and Villegas-Sanchez, C. (2014). Men, Women, and Machines: How Trade Impacts

       Gender Inequality. Journal of Development Economics, 106:179-193.

Kabengele, C., & Roessling, J. (2022). Evaluating The Effect Of Mobile Money On Firm Productivity In 

       Africa:  A Comparison Of The Formal And Informal Sectors. Journal of Developmental

       Entrepreneurship. 27(2),  2250009. doi : 10.1142/S1084946722500091.

Kikulwe, E., E. Fischer., & Qaim, M.  (2014). Mobile Money, Smallholder Farmers, and Household

       Welfare in Kenya. PLoS ONE 9(10): e109804. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0109804.

Ngoa, G. B. N., & Song, J. S. (2021). Female participation in African labor markets: The role of

       information and communication technologies. Telecommunications Policy, 45(9), 102174. 

       doi:10.1016/j.telpol.2021.102174.

Gomez-Herrera, E., Martens, B., & Turlea, G. (2014). The drivers and impediments for cross-border e-

       commerce in the EU. Information Economics and Policy, 28 (9), 83–96.

Graetz, G. & Michaels, G. (2018). Robots at Work. The Review of Economics and Statistics, 100 (5): 753-

       768. doi:10.1162/rest_a_00754.

Hjort, J., & Poulsen, Jonas.  (2019). The Arrival of Fast Internet and Employment in Africa. American

        Economic Review, 109(3), 1032–1079. doi:10.1257/aer.20161385.

Houngbonon, G. V., Mensah, J. T., & Traore, N. (2022). The Impact of Internet Accesson Innovation and

       Entrepreneurship in Africa. Policy Research Working Paper 9945, World Bank, Washington, DC.

Jack, W., & Suri, T.  (2019). Mobile money: The economics of M-PESA. NBER Working Paper Series, No.

       16721. http://www.nber.org/papers/w16721.

Jain, R. (2021). “Information and Communication Technology Adoption and the Demand for Female

       Labor: The Case of Indian Industry” The B.E. Journal of Economic Analysis & Policy, 21(2), 695-722. 

       doi:10.1515/bejeap-2020-0295.

Jack, W., & Suri, T. (2014). Risk sharing and transaction costs: evidence from Kenya’s mobile money

       revolution. The American Economic Review, 104(1), 183–223.

Huang, X., Song, X., & Hu, X. (2018). Does “Internet Plus” Promote New Export Space for Firms?

        Evidence from China. China & World Economy, 26(6), 50–71. doi:10.1111/cwe.12261.

Huang, X., & Song, X.  (2019). Internet use and export upgrading: Firm‐level evidence from China.

        Review of International Economics, 27(4), 1126-1147. doi:10.1111/roie.12407.

Hortaçsu, A., Martínez-Jerez, F.A., & Douglas, J. (2009). The Geography of Trade in Online

       Transactions: Evidence from eBay and MercadoLibre. American Economic Journal: Microeconomics,

       1 (1), 53-74.

Kirui, O. K., Okello, J. J., & Njiraini, G. W.  (2013). Impact of Mobile Phone-Based Money Transfer Services

       in Agriculture: Evidence from Kenya. Quarterly Journal of International Agriculture, 52(2), 141–62.

Lendle, A., Olarreaga, M., Schropp, S., & Vezina, P-L. (2016). There Goes Gravity: eBay and the Death

       of Distance. Economic Journal, 126 (591), 406–441.

Luo, X., Wang, Y., & Zhang, X. (2019). E-Commerce development and household consumption growth

       in China. World Bank Policy Research Working Paper 8810.

Luo, Q., Hu, H., Feng, D., & He, X.  (2022). How does broadband infrastructure promote

       entrepreneurship in China: Evidence from a quasi-natural experiment. Telecommunications Policy,

       46(10), 102440. doi:10.1016/j.telpol.2022.102440.

McCoy, D., Lyons, S., Morgenroth, E., Palcic, D., & Allen, L. (2018). The impact of broadband and other

       infrastructure on the location of new business establishments. Journal of Regional Science, 58, 509-

       534. doi:10.1111/jors.12376.

Martins-Neto, A., Mathew, N., Mohnen, P., & Treibich, T. (2021). Is There Job Polarization in Developing

       Economies? A Review and Outlook. CESifo Working Paper Series 9444.

Mas, I., & Morawczynski, O. (2009). Designing mobile money services lessons from M-Pesa.

       Innovations, 4(2).

Maloney, W. F., & Molina, C. (2016). Are Automation and Trade Polarizing Developing Country Labor

       Markets, Too?. World Bank Policy Research Working Paper No. 7922.

Michaels, G., Natraj, A., & Van Reenen, J.  (2014). Has ICT Polarized Skill Demand? Evidence from Eleven

       Countries over Twenty-Five Years. Review of Economics and Statistics, 96(1), 60–77.    

       doi:10.1162/REST_a_00366.

Munyegera, G. K., & Matsumoto, T. (2016). Mobile money, remittances, and household welfare: panel

       evidence from rural Uganda. World Development, 79, 127–137 2016

Ndubuisi, G.; Otioma, C.; Tetteh, G.K. Digital infrastructure and employment in services: Evidence from 

       Sub-Saharan African countries. Telecommunications Policy, 45(8), 102153.

Paraná, E. (2017). Digitalized Finance: Financial Capitalism and Informational Revolution. Boston: Brill.

Reijnders, L. S.M., & de Vries, G. J. (2018). Technology, offshoring and the rise of non-routine jobs.

       Journal of Development Economics, 135, 412-432. doi:10.1016/j.jdeveco.2018.08.009.

Simione, F., & Li, Y. (2021). The macroeconomic impacts of digitalization in sub-saharan africa: Evidence 

       from submarine cables. IMF Working Papers 110.

Stiroh, K. (2005). Reassessing the Impact of IT in the Production Function: A Meta-Analysis and

       Sensitivity Tests,” Annales D’Économie et de Statistique, 79(80), 529–561.

UNCTAD (2015). Information Economy Report 2015. United Nations, New York and Geneva.

UNCTAD (2017). Information Economy Report 2017. United Nations, New York and Geneva.

Whitacre, B., Gallardo, R., & Strover, S. (2014). Does rural broadband impact jobs and income? Evidence

       from spatial and firstdifferenced regressions. The Annals of Regional Science, 53, 649–670.

       doi:10.1007/s00168-014-0637-x.

World Bank (2016). World Development Report: Digital Dividends. World Bank, Washington (D.C). Zhao, J. (2020). Internet usage and


[1] Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Innovations Sociétales – EA 7481, Bâtiment N, Bureau 325, Email de correspondance : mindourewa.peketi@univ-rennes2.fr.

[2] Elle fait référence à des sauts de certaines étapes de développement.

[3] Grâce aux places de marchés, comme Alibaba, ou des fournisseur en ligne, comme Amazon, et des sites marchands, elles ont considérablement réduit les coûts fixes liés à la promotion, la vente et l’achat de produits. Ces acteurs facilitent la mise en relation, d’une part, des détaillants et des producteurs, et d’autre part, des vendeurs et des acheteurs.

[4] Les différents commerces en ligne sont dominés par les PD et les émergents (UNCTAD, 2015&2017).

[5] Les chiffres d’affaires des différents commerces électroniques – entreprise à entreprise (B2B) et entreprise au consommateur (B2C) –  sont en pleines croissances. De 2013 à 2015, les ventes totales du commerce B2C ont plus que doublés, en passant de 1.200 milliards de $EU dans le monde à 2.904 milliards ; du côté du commerce B2B, elles sont passées 15.200 milliards de $EU 25.293 milliards (UNCTAD, 2015&2017).

[6] Les rares travaux (Maloney et Molina, 2016 ; Gasparini et al., 2021 ; Martins-Neto et al., 2022), à notre connaissance, qui ont testé l’hypothèse de polarisation de l’emploi dans les PED, n’ont pas trouvé d’effets significatifs.

[7] Sur cette catégorie, les effets sont ambigus.

[8] D’abord, ils s’agissent des opérateurs de réseaux téléphoniques, les banques et les établissements financiers et les  organismes  de  réglementation  sectoriels. Ensuite, on a des agents de points de services, dont les principales fonctions est d’enregistrer les nouveaux utilisateurs et d’assurer les opérations en espèces, à partir des matériels informatiques, des succursales bancaires et des distributeurs automatiques de billets. Enfin,  des  commerçants  et  des  détaillants, pour les paiements (CNUCED, 2012).

[9] Dans les faits, selon le rapport Global Findex de 2014, entre 2011 et 2014, le taux de bancarisation est passé de 41 à 54 %, dans les PED. Particulièrement, dans les pays d’ASS, celui-ci est passé de 24 à 34%, qui résultent principalement des ouvertures de comptes bancaires par téléphonie mobile. En guise de comparaison, en 2014, 12% des adultes subsahariens possèdent un compte mobile money, contre seulement 2% à l’échelle mondiale. Le rapport Global Findex de 2017 montre que cette tendance s’est poursuivie. Alors que le taux de bancarisation est resté inchangé, le pourcentage d’adultes possédant un compte mobile money est passé à 21%.

[10] Par exemple, après la mise en place de M-Pesa au Kenya, le coût d’envoi de fond a baissé de près de 90%, pour les travailleurs émigrés (World Bank, 2016). Pour les bénéficiaires, cela représente des gains non négligeables.

[11] Grâce à ces produits, les utilisateurs peuvent directement épargner sur leur compte mobile, bénéficier d’un microcrédit ou, le faire, en reliant leur porte-monnaie mobile à un compte bancaire ordinaire, et assurer les dépôts et les transactions. Par exemple, au Kenya, c’est le cas de M-Shwari, depuis 2012 ; en Tanzanie, M-Pawa, depuis 2014 ; en Ouganda, MoKash, depuis 2016 ; en Côte d’Ivoire, MoMo Kash, depuis 2018, au Cameroun, MoMoKash, depuis 2020, etc. Ces produits permettent de rémunérer l’épargne et d’offrir des microcrédits.

[12] Elle fait référence à la valeur monétaire stockée à la fois sur une carte prépayée et un téléphone portable. Toutefois, elle peut se confondre avec la monnaie électronique par la téléphonie mobile, car la quasi-totalité des transactions passe par cet instrument.

[13] Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale est une organisation régionale regroupant le Cameroun, la République centrafricaine, la République du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad.

[14] Régulièrement, la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC) publie régulièrement des rapports sur l’état des services et des systèmes de paiement par la monnaie électronique au sein de la CEMAC.

[15] Pour information, une partie des données a été collectée durant le premier semestre 2016, mais aucune d’elles n’intervient dans nos estimations.

[16] La base de données à notre disposition ne contient que 88 144 unités économiques.

[17] Notre analyse inclut la communauté urbaine de Douala dans la région du littoral. Cette région concentre donc 37% des entreprises recensées et présentes dans notre base de données.

[18] Notre analyse inclut la communauté urbaine de Yaoundé dans la région du centre. Ainsi, un peu plus de 27% des entreprises de notre base de données sont localisés dans cette région.

[19] La typologie de cette année ne porte que sur 208 719 unités. En effet, ne pouvant déterminer avec exactitude la typologie de 763 unités économiques qui ont 0 FCFA de chiffre d’affaire en 2015, nous les avons supprimés.

[20] Cette répartition de 2008 ne se base que sur 86833 unités économiques, car le secteur économique n’est pas indiqué pour 1311 d’entre elles. Il en est de même pour 267 unités en 2015.

[21] On obtient ce chiffre après avoir retraité la base initiale. D’abord, cela a consisté à supprimer d’un côté, les unités ayant des valeurs des emplois permanents manquantes, et de l’autre côté, les unités qui ont à la fois 0 employé permanent homme et 0 employé permanent femme, ou 0 employé permanent homme (femme) et l’autre manquante, ou 0 emplois permanents. Ensuite, comme précédemment, on a également supprimé les unités économiques qui ont 0 FCFA de chiffre d’affaire en 2015 et celles n’ayant pas indiqué leurs secteurs d’activités. Enfin, nous les avons supprimés les unités économiques, pour lesquelles, la somme du nombre d’emplois masculin et du nombre d’emploi féminin est différente du nombre total d’emplois permanent.

[22] Comme pour le RGE 1, on applique les mêmes traitements à la base de données issue du RGE 2. Au lieu de garder la variable initiale qui indique la totalité des emplois permanents, nous avons construit une nouvelle variable, en sommant les employés permanents femmes et hommes.



Citer ce billet
Ulrike Schuerkens (2023, 23 mai). La pratique des transactions financières par mobile et l’évolution de l’emploi au Cameroun. ManaGlobal : Globalized Governance Norms and Local Business Practices. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r7wt

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search