Trajectoires entrepreneuriales et mobilité sociale dans le secteur public de la construction à Douala

Simon Wuidar et Ludovic Bakebek, doctorants en gestion à l’Université de Liège, Belgique

En s’appuyant sur une réflexion engagée autour du panel Mobilité et logiques sectorielles dans les économies urbaines en Afrique, tenu lors des récentes rencontres 2022 des études africaines en France, nous avons entrepris un travail ethnographique centré sur les entrepreneurs du secteur public de la construction à Douala. Notre intérêt s’est porté sur les trajectoires entrepreneuriales de ces acteurs dans l’optique de déterminer les facteurs de mobilité dans ce segment. S’intéresser aux spécificités sectorielles en matière de mobilités sociales a été pour nous le moyen de rompre avec un regard sur les économies urbaines en Afrique comme dominées par l’informel. Dans le discours sur l’informel, les trajectoires économiques ont souvent été cloisonnées dans des oppositions entre travailleurs et entrepreneurs. Les premiers noyés dans l’incertitude (la survie) et les seconds inscrits dans les voies de l’accumulation. Au Cameroun, la réussite entrepreneuriale est souvent liée, au moins dans les imaginaires, à la capacité de l’entrepreneur à remporter des marchés publics. Le contraste entre l’euphorie pour les contrats de construction avec l’Etat chez les jeunes entrepreneurs en quête d’ascension et les discours pessimistes de ceux plus expérimentés dans la réalisation des constructions publiques a servi de point de départ à notre réflexion. 

Il a donc été question pour nous d’analyser les trajectoires entrepreneuriales des prestataires engagés dans la réalisation des constructions pour le compte des communes d’arrondissement de la ville de Douala. L’objectif a été de saisir les facteurs déterminants l’accès et la mobilité dans ce segment du secteur de la construction. Notre approche a été principalement ethnographique et centrée sur des entretiens biographiques de différents prestataires. Nous en avons rencontré au total quinze autour des mairies des troisième, quatrième et cinquième arrondissements de la ville. L’enquête a aussi concerné les autres acteurs de l’écosystème des contrats publiques à savoir les agents municipaux des services techniques, les fournisseurs de matériels et les agents du trésor public. Une difficulté de ce travail de terrain a été la possibilité dans un premier temps d’avoir un accès officiel aux contacts des prestataires via les services dédiés des mairies. Nous avons dû opter pour une approche individualisée convoquant nos ressources relationnelles qui par l’effet boule de neige nous aura permis de rencontrer les différents acteurs sus mentionnés. Ce travail de terrain s’est effectué en mai 2022 dans le cadre d’un détachement à Douala financé par le programme ManaGlobal.

Les premiers résultats de nos analyses montrent que pour l’accès au secteur public de la construction, les entrepreneurs doivent premièrement être à jour dans les formalités de leurs entreprises. A défaut de cela, il faut s’inscrire dans des réseaux d’entrepreneurs par lesquels des partages de documents peuvent se faire (dans une forme de solidarité). Ensuite, il faut mobiliser un capital social et politique pour gagner des marchés soit dans le cadre d’appel d’offre, soit dans le cadre de gré à gré. C’est la raison pour laquelle, nombre de prestataires obtenant des contrats publics sont pour beaucoup proches des sphères politiques. Pour l’exécution de l’ouvrage, le prestataire doit engager un important capital financier qu’il faut souvent mobiliser (tontine, micro finance etc.) dans un environnement bancaire contraignant (difficile obtention de financement). Ensuite, il faut, sous fond de gage financier, acquérir du matériel auprès de divers réseaux de fournisseurs, ainsi que mobiliser une main d’œuvre à même de réaliser l’ouvrage (mais aussi de garantir l’octroi du marché). C’est pourquoi à ce stade, en tant que prestataire souvent non technicien, il faut s’appuyer sur un ou deux ingénieurs inscrits à l’ordre national des ingénieurs du génie civil, ayant la capacité de mobiliser la main d’œuvre (à partir de leurs équipes et réseaux de techniciens). Enfin, il faut user d’un capital relationnel important au service public de paiement des prestations (trésors pour les marchés publics, services financiers pour les entreprises publiques ou les projets en bon de commande coûtant moins de 5 millions de F-CFA). Cette dernière variable est souvent une véritable épreuve pour les acteurs évoluant dans le segment des constructions publiques. Ces différents capitaux déterminent l’accès, l’exécution et le maintien, en tant que prestataires, dans le secteur public de la construction. Ils participent en cela à un positionnement des acteurs à différents segments du secteur de la construction.



Citer ce billet
Ulrike Schuerkens (2022, 17 août). Trajectoires entrepreneuriales et mobilité sociale dans le secteur public de la construction à Douala. ManaGlobal : Globalized Governance Norms and Local Business Practices. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r7wh

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search