Compte-rendu du livre :

Pour une sociologie du management en Afrique et dans le monde arabe : Schuerkens Ulrike, Branine Mohamed and Mamman Aminu (eds). Paris: L’Harmattan, 2019, 240 p. ISBN: 978-2-343-18455-5, 26 Euros.

Ce titre annonce-t-il un ouvrage de sociologie ou un ouvrage de management ? Après avoir terminé la lecture, je dirai qu’il s’agit d’une publication qui peut être classée dans ces deux catégories en fonction des deux parties implicites qui la compose.

C ’est l’un des premiers livres publiés par les chercheurs du Projet ManaGlobal affilié au programme de recherche et d’innovation (RISE) Horizon 2020 de l’Union européenne et en particulier dans le cadre de la convention de subvention Marie Skłodowska-Curie n° 823744. Il est coordonné par les Pr. Ulrike SCHUERKENS de l’Université Rennes 2, Mohamed BRANINE de l’Université de Dundee en Ecosse et Aminu MAMMAN de l’Université de Manchester.  Il s’agit d’un ouvrage collectif de deux cent quarante-cinq pages, composé de huit chapitres rédigés par différents enseignants-chercheurs impliqués dans ce projet de recherche ambitieux.

Le premier chapitre représente l’introduction dans laquelle les co-éditeurs de l’ouvrage présente les objectifs et la décharge méthodologique de MANAGLOBAL. Ainsi, ils déclarent que « ManaGlobal va au-delà de l’examen de la littérature et des débats universitaires pour étudier les réalités sur le terrain à travers une recherche collaborative, exploratoire et ethnographique qui aboutit à un diagnostic plus clair et à une meilleure compréhension de la pratique des affaires et de la gestion dans les pays africains et arabes ». La recherche vise à comprendre les spécificités de la gestion des entreprises dans le contexte des pays africains et du Moyen Orient et notamment, l’hybridation entre : i) les normes de gouvernance mondialisées, principalement inspirées du discours nord-américain et européen et ii) les normes locales de conduite des affaires qui sont les produits des coutumes locales et parfois des régimes politiques.

Le second chapitre, intitulé « Etude sociologique et anthropologique de la mondialisation et de la localisation » est signé par le Pr. Ulrike Schuerkens.  Il est tiré d’une recherche portant sur la gestion globale et les résistances locales dans toutes les grandes régions du monde, au cours des dernières décennies. Il cherche à évaluer la situation générale de la gestion dans le monde, en considérant ce dernier comme un système social où certains pays sont les gagnants de la mondialisation socioéconomique, d’autres, des perdants et d’autres, les deux à la fois.

Dans le chapitre 3 intitulé « LA MONDIALISATION : un défi pour les pratiques de gestion dans les entreprises du monde entier », U. Schuerkens montre la diversité des pratiques recouverte par un discours hégémonique sur les pratiques occidentales. L’auteur s’appuie sur des études de cas portant sur les différents continents pour donner un aperçu les pratiques de gestion dans différentes régions du monde avant d’en présenter une évaluation critique et sans complaisance.

M. Branine et D. Pollard sont les auteurs du chapitre 4 qui se proposent d’explorer la nature et le contenu des pratiques de gestion islamiques et leurs implications pour la gestion des ressources humaines (GRH) dans les pays arabes. Leur approche est qualitative et fondée sur un examen approfondi de la littérature pertinente et l’utilisation d’exemples de pays arabes sélectionnés. Ils concluent à l’existence d’un fossé entre la théorie de la gestion islamique et la pratique de la gestion dans les pays arabes. Ils sont d’avis qu’il existe un écart entre les connaissances dont disposent les managers nationaux et internationaux pour procéder à une gestion locale, et ce qui est exigé de la main-d’œuvre locale pour qu’on puisse la gérer efficacement.  L’étude est une contribution importante à la littérature francophone, particulièrement rare, sur ce sujet de la gestion islamique de la ressource humaine.

Le chapitre cinq rédigé par A. Mamman et M. Zakaria, traite de spiritualité et Ubuntu comme base de la construction d’institution, d’organisation et de leaders africains. Il se propose de fournir une approche novatrice pour construire des organisations et former des leaders et des personnes efficaces, sur la base de la spiritualité et de la philosophie africaine d’Ubuntu. Les auteurs développent une argumentation pour apporter une justification théorique et pratique à l’utilisation de la spiritualité et d’Ubuntu afin d’y adapter l’approche moderne basée sur le modèle occidental de gestion des organisations et de leur personnel.

Le chapitre six est une discussion sur la théorie de la convergence/divergence en gestion. Pour A. Mamman, N. Baydoun et A. Bolanle Adeoye qui en sont les auteurs, le but principal de la recherche est de répondre à la question suivante : Les entreprises multinationales devraient-elles adapter l’innovation en gestion des ressources humaines et le cas échéant, pourquoi et comment ?

Utilisant une démarche méthodologique un peu trop simplifiée parce que basée uniquement sur des entreprises au Nigeria, ils arrivent à des résultats qui suggèrent que les politiques de gestion de la performance (GP) des Entreprises Multinationales sont partiellement « ethnocentriques », tandis que chez les entreprises nationales pour une part importante, elles sont « polycentriques ». Par ailleurs, ils constatent que beaucoup de salariés estiment que leurs supérieurs hiérarchiques ont un parti pris contre eux et que leur point de vue n’est pas pris en compte lors de l’examen des GP de même qu’ils ne reçoivent pas des retours de leurs évaluations de la part de leurs responsables. La discussion des implications de leurs résultats est intéressante.

Dans le chapitre sept, Michel Villette s’intéresse à la sociologie des expatriés travaillant dans des multinationales aux Émirats arabes unis. Il analyse leur intégration dans le milieu social et leurs modes de vie caractérisés par une recherche   d’enrichissement personnel à l’écart de la population Émirati. L’auteur explore les activités d’immersion sociale de ces travailleurs qui révèlent un comportement d’expatriation avec une faible volonté ou possibilité d’immigration/intégration des travailleurs. Il constate le besoin de recherches complémentaires permettant de retracer les comportements au moment des activités économiques au sein des entreprises.

Le dernier chapitre est un papier de M. Branine et de C. Okecha sur le leadership serviteur. Il explore les contours de ce concept et analyse la littérature qui lui est consacrée. Ainsi, ils mettent en évidence plusieurs recherches qui concluent que le leadership serviteur est généralement efficace et de portée universelle. Parallèlement ils exploitent une riche littérature sur l’UBUNTU qui est une philosophie africaine qui postule que l’existence d’un individu est définie par l’existence d’autres individus et « qu’une personne est une personne à travers les autres personnes ». D’où leur question de recherche : « Qu’y a-t-il de commun entre le leadership des serviteurs et le leadership UBUNTU? ». L’étude empirique qu’ils ont menée pour répondre à cette question s’est déroulée dans dix (10) petites et moyennes entreprises du Nigéria d’où est tiré un échantillon de 285 employés. Elle aboutit à la conclusion que selon le contexte socio-économique, les deux types de leadership peuvent coexister ensemble ou se déployer en parallèle dans les entreprises africaines.

Au total, cet ouvrage est une production signée par le projet ManaGlobal ; il a l’ambition de justifier le bien-fondé du projet grâce à une analyse qui met en évidence des lacunes de connaissance que la recherche menée par l’équipe du projet se propose de contribuer à combler.  Dans le fonds, on peut distinguer nettement deux moments sur le fil de l’ouvrage. Le premier est une analyse descriptive du contexte socio-économique et sociologique du terrain choisi. Le deuxième est une analyse de la pertinence et de la performance des pratiques de gestion de ressources humaines en Afrique et dans le monde arabe.  Toutes ces études sont fort intéressantes mais restent essentiellement exploratoires car elles souffrent des mêmes limites méthodologiques liées à la composition et à la taille des échantillons qui sont sélectionnés.  Ce qui laissent espérer que les résultats du projet ManaGlobal seront des contributions déterminantes dans la connaissance des pratiques managériales en Afrique et dans le monde arabe.

Professeur Bachir WADE, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal

Djib FAYE, Doctorant, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal



Citer ce billet
Ulrike Schuerkens (2022, 18 janvier). Compte-rendu du livre : ManaGlobal : Globalized Governance Norms and Local Business Practices. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r7w8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search