L’environnement cosmétique-esthétique dakarois : Paroles d’entrepreneures sénégalaises de Christella Kwizera,doctorante à l’Université Rennes 2

En accord avec le détachement au Sénégal, dans le cadre de ma thèse en socio-anthropologie en cours et intitulée : La France; le Kenya et le Sénégal, une étude comparée du « Natural Hair Movement », un Mouvement de Réhabilitation des Cheveux « Crépus » en contextes mondialisés : les conséquences socio-économiques et écologiques, des enquêtes de terrain ont été réalisées dans les espaces de beauté sur la base des leviers suivants : le socio-économique porté par l’entrepreneuriat féminin ; le sanitaire traitant de certaines pratiques cosmétique-esthétiques dangereuses sur la santé esthétique ou globale et l’écologique, consacré aux savoirs et savoir-faire cosmétique-esthétiques féminins, préservant les patrimoines végétaux d’origine et les terroirs de production des matières premières cosmétiques résultantes.

S’agissant des salons de beauté, ils comprennent un salon de coiffure, ce qui fait des soins capillaires, un des maillons d’un champ vaste de la beauté féminine. À cet effet, des observations dans les univers de FariFima et de Hair Universal ont été réalisées, en tant que parties prenantes du projet Mana Global partageant des points communs, à savoir : un salon de coiffure et un espace de formation conséquemment à leur identification d’une insuffisance en métiers cosmétique-esthétiques que chacune va œuvrer à combler dans sa structure. Créée par Marianne Ouattara, l’offre cosmétique de FariFima est une association de ses compétences en chimie acquises au Canada et ses connaissances du patrimoine cosmétique-esthétique sénégalais tandis qu’Hair Universal est le fruit d’une formation en marketing en parallèle du métier de tresseuse réalisée au cours du séjour académique de sa fondatrice, Sonia Seye. La Summer School organisée du 7 au 10 juin à Dakar fut l’occasion de mieux cerner leurs attentes face aux défis d’entreprendre dans le domaine cosmétique-esthétique dans un pays comme le Sénégal.

Une visite guidée de l’espace Farifima peut amorcer une réflexion sur la question suivante : Comment l’entreprise FariFima reconfigure-t-elle l’écosystème cosmétique-esthétique local ? La première piste de réponse concerne la documentation des ingrédients des produits cosmétiques proposés dans la boutique située à Liberté 2 dont la plupart sont d’origine sénégalaise et la seconde est logiquement, le salon de coiffure au sein duquel lesdits produits sont utilisés par les artistes capillaires. En outre, l’entretien téléphonique réalisée auprès de Marianne Ouattara fut le prolongement de ce qu’elle évoquait lors de son intervention à la Summer School, à savoir un déficit en professions directes ou indirectes au domaine cosmétique-esthétique. En effet, la fondatrice expliquait la rareté de personnel qualifié, du conseil à la vente de produits cosmétiques, en passant par leur conception en laboratoire ainsi que leur fabrication à une échelle importante au vu de la demande locale. Puisque Sonia Seye abonde dans le même sens, il était utile d’étendre l’enquête de terrain à Hair Universal. De fait, observer les retombées socio-économiques résultant des formations sur les projets entrepreneuriaux des apprenantes, sa proposition étant exclusivement réservée aux femmes. La mise en contact par Sonia Seye avec la directrice de formation, a donné lieu à une rencontre dans l’une des antennes dakaroises localisée dans le quartier Cyprès. Force est de constater qu’un tel espace cristallise les enjeux émanant de l’entrepreneuriat féminin cosmétique-esthétique. Les principales étant les manifestations locales du phénomène de réhabilitation capillaire (Natural Hair Movement) et un intérêt pour les matières premières cosmétiques.

La popularité actuelle de ce phénomène capillaire a pu être documentée auprès d’une gestionnaire de salon de coiffure spécialisée dans les cheveux naturels. En effet, depuis 2010, le salon de coiffure ElleEmoi a œuvré dans la vulgarisation d’une cosmétique brute ou d’entreprises proposant des produits cosmétiques finaux peu transformés. En conséquence, les matières premières cosmétiques sont utilisées à travers les prestations réalisées dans les trois salons de coiffure, de beauté des ongles et de la peau. Puis, comme supports de formation au même titre que ces mêmes endroits dans le cas de Hair Universal où elles permettent la pratique des notions dispensées par ladite directrice, elle-même jouissant d’une longue expérience dans le domaine capillaire. L’échange est clôturé par un rappel de l’engouement local pour ces matières premières, en prenant pour exemple sur certaines apprenantes, qui, à l’issue de la formation, se fournissent directement auprès du salon de coiffure pour leurs besoins personnels ou professionnels.

Pour conclure, notons ceci : la fréquentation d’une clientèle locale aisée ou diasporique est commune à ces trois salons de coiffure : Farifima ; Hair Universal et ElleEmoi. De plus, cet emballement pour les produits cosmétiques Made in Dakar ou les matières premières cosmétiques locales, ne fait pas ombrage aux outils capillaires importés tels que des cheveux d’appoints. Et pour cause, l’observation réalisée dans un quatrième salon de coiffure renvoie à l’assertion de la directrice de formation de Hair Universal, laquelle constate qu’une partie de leur clientèle reste attachée aux perruques et aux greffages à base du cheveu humain de type asiatique, en dépit d’une célébration ambiante des cheveux naturels. Par conséquent, elle rend compte d’une cohabitation de leurs deux offres, comme l’avait expliqué Sonia Seye lors de la présentation de son entreprise à la Summer School de ManaGlobal. Parallèlement, l’art du tressage, de plus en plus inclus proposé dans ces salons alors que ce savoir traditionnel est, au fil du temps, supplanté par une technologie capillaire, propice à une nouvelle formation et donc, à l’employabilité féminine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search