Entrepreneuriat féminin : et si on parlait santé ?

         Nicole Mountapmbémé, doctorante en gestion à l’Université de Douala, Cameroun

La recherche en entrepreneuriat féminin s’est considérablement développée ces dernières années. Les femmes entrepreneures contribuent à l’emploi, l’innovation et au développement dans toutes les économies. Cependant, certains aspects de leurs réalités socio-économiques demeurent explorés de manière insuffisante. C’est notamment le cas de la santé, qui est un angle mort de la recherche en entrepreneuriat féminin. Notre thèse traite ainsi la santé entrepreneuriale des femmes, en la mettant en rapport avec la cognition entrepreneuriale.

De fait, au Cameroun, les femmes entrepreneures, dont le dynamisme entrepreneurial est parmi les plus élevés au monde, éprouvent des difficultés à pérenniser leurs activités : elles sont à la tête de microentreprises à faible croissance exposées au risque de disparition. Elles enregistrent un taux de fermeture lui aussi des plus élevés du globe avoisinant 15%. En ce qui concerne la pérennité de l’entreprise, la littérature entrepreneuriale présente la santé de l’entrepreneur comme en étant le premier facteur, surtout dans la petite entreprise. Au Cameroun, la vulnérabilité de la santé de la femme entrepreneure est constatée comme un problème qui affecte le développement de son activité et son dynamisme entrepreneurial. Des entretiens exploratoires que nous avons menés avec 18 femmes entrepreneures mettent en exergue que la cognition des répondantes exerce une influence sur leur comportement en matière de santé, lequel se répercute sur le fonctionnement et le développement de leurs activités professionnelles. Compte tenu de l’imbrication du facteur de la santé de l’entrepreneur(e) dans son activité mise en évidence par la littérature entrepreneuriale, nous pouvons dire que derrière le comportement en matière de santé des répondantes, c’est en réalité leur santé qui est concernée et qui affecte le fonctionnement et le développement de leurs activités. Il nous apparaît alors fondamental de comprendre le processus d’influence de la cognition entrepreneuriale sur la santé de la femme entrepreneure afin de pouvoir agir sur ces éléments et contribuer à la survie de l’entreprise.

De notre point de vue, notre thèse revêt plusieurs intérêts : il existe un déficit flagrant de données empiriques et d’écrits sur la santé de l’entrepreneur, notamment de la femme entrepreneure, au Cameroun et ailleurs, alors même que la contribution de l’entrepreneuriat féminin à la création des richesses et des emplois ne fait plus de doutes en contexte camerounais. Les discours promouvant l’entrepreneuriat des femmes et les dispositifs d’accompagnement entrepreneurial des femmes mis en œuvre aussi bien par l’Etat que par les autres partenaires du développement vont dans la même direction. Etant donné du rôle fondamental de la santé de l’entrepreneur(e) sur la pérennité de son activité, il devient indispensable de mener des recherches sur la santé de la femme entrepreneure, en lien avec son activité, dans le but de contribuer au développement de petites entreprises qui sont majoritairement dirigées par les femmes et courent le risque de disparaître.

Par ailleurs, la santé du propriétaire/dirigeant des PME étant étroitement liée à celle de l’entreprise, la bonne santé améliore la productivité au travail. Ce n’est que si la femme entrepreneure est en bonne santé qu’elle peut apporter une contribution économique qui favorisera le développement du Cameroun ainsi que le bien-être de sa famille et de sa communauté. En ce sens, notre thèse aidera à modifier le regard que les femmes entrepreneures portent sur leur propre santé.

De plus, au niveau de l’Etat camerounais et des partenaires du développement, la justification de l’intérêt porté à la santé de la femme entrepreneure doit résider dans l’importance économique et sociale que représentent la création et le développement d’entreprises par les femmes. Ainsi, pour l’Etat camerounais et les partenaires du développement, relever le défi de la santé de la femme entrepreneure constitue un enjeu majeur, car l’atteinte des objectifs du développement durable à l’horizon 2030 en est tributaire. De fait, selon le Dr Luis Gambo (OMS, 2012), « il faut donner aux femmes africaines la possibilité de libérer pleinement leur potentiel, pour leur propre épanouissement et pour la prospérité de leurs familles et de leurs pays ».

En détachement à l’Université Rennes 2 pendant deux mois en automne 2021, le projet ManaGlobal nous a permis d’enrichir notre revue de littérature sur le concept de la santé et les dimensions de la cognition entrepreneuriale. De plus, à travers un ouvrage de Laurence Bardin, nous avons acquis davantage de connaissances sur la méthode d’analyse de contenu qui a été retenue pour l’analyse de nos données.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search