Les perspectives de la mondialisation dans une ère impactée par le COVID-19

Quelle est la perspective de la mondialisation dans une ère impactée par le COVID-19 ? Pendant les derniers mois, nous avons vu se fermer les frontières, accentuer les préférences nationales, demander des relocalisations de production mais aussi augmenter les échanges digitalisés du monde scientifique, économique, culturel et politique. La gouvernance mondialisée des organisations du système des Nations Unies ou encore de grands acteurs internationaux comme la Communauté européenne, les États-Unis et une partie de l’Asie a été exposée à des situations difficilement gérables par une politique extérieure des États-Unis, basée sur le modèle politique du conflit.

Il y aura certainement un modèle différent de la mondialisation après la crise du COVID-19 de 2020. Mais notre agriculture continuera à avoir besoin des travailleurs étrangers ; nos supermarchés et nos consommateurs continueront à demander des produits du monde entier, même si la promotion de la production agricole locale a connu un essor pour une partie de la population qui critique la mondialisation et ses excès. Le tourisme local a été favorisé non seulement dans les pays du Nord mais aussi dans ceux du Sud, durement touchés par l’arrêt des activités touristiques. Les pays du Sud, comme ceux de l’Afrique, ont commencé à intensifier les échanges intercontinentaux de leurs produits, favorisés par des traités de coopération comme la Zone de libre échange continentale africaine, créée en 2019 ; un traité signé par 54 des 55 États de l’Union africaine. Ces échanges amèneront à une redéfinition des liens avec les pays du Nord mais surtout ceux de l’Europe qui semble se positionner comme un allié socio-économique important du continent africain grâce à la proximité géographique.  

La mondialisation des dernières décennies connaît certes une crise, provoquée par les difficultés de coordination et les pratiques de décision unilatérale face à la crise sanitaire. Mais cette crise constitue aussi une opportunité pour redéfinir la coopération internationale et nos manières de vivre. Des changements et des transformations sont en cours, non pas uniquement au niveau des États, mais aussi dans les entreprises et auprès des acteurs sociaux qui doivent redéfinir une partie de leur vécu quotidien. Il s’agit d’une période où l’absence de règles nouvelles qui orientent les actions des individus, des entreprises, des collectivités crée l’anxiété et le stress ; où une nouvelle pauvreté apparaît surtout parmi les intérimaires, les personnes travaillant dans le secteur privé durement touché par la crise sanitaire (l’hôtellerie et le secteur culturel) ou bien ce que l’on nomme le secteur informel.

Néanmoins, il faudra se tourner vers l’avenir et réorganiser la mondialisation socio-économique et culturelle par de meilleures collaborations. Cette crise fait apparaître de nouveaux projets socio-économiques, souvent basés sur le numérique ; de nouvelles créations d’entreprises par les demandes du secteur de la santé ; de nouvelles activités créatives de la part des chercheurs mais aussi du secteur culturel et un échange intensifié par des réunions sur internet dépassant les frontières et les continents.

Pour relever les défis du futur, quelles règles sont nécessaires ? Quelles institutions sont capables de répondre aux demandes des acteurs de la gouvernance mondiale ? Il y a certes des trajectoires pessimistes (la concurrence, le conflit) mais aussi des trajectoires optimistes (la solidarité et la redéfinition de la mondialisation). Les problèmes de la mondialisation s’expliquent par des marchés interconnectés et des règles souvent nationales qui nécessitent des solutions globales avec des institutions fortes de la coopération mondiale. Le possible changement à la présidence des États-Unis pourrait être un des facteurs le plus important dans la redéfinition de la mondialisation dans un avenir proche dans la mesure où le modèle de conflit, défendu par l’administration sortante, pourrait être abandonné.

Le marché de l’emploi est en train de changer et la formation des populations dans des secteurs comme le numérique sera une tâche importante à réaliser dans les mois à venir. Mais nous avons aussi besoin d’une réécriture du secteur économique afin que les règles de la mondialisation profitent aussi aux travailleurs et à l’environnement qui doivent être protégés. Le COVID-19 a fait augmenter les inégalités à l’intérieur des pays mais aussi entre les pays du monde entier. Des économies basées sur le numérique, comme celle de la Corée du Sud, ont mieux résistées. Cette crise montre le besoin de coopération et d’assistance entre les économies émergeantes et les économies développées.

Le mot clé est probablement le besoin d’une solidarité face à une crise mondiale comme nous ne l’avons plus connue depuis des décennies. Des solutions innovantes peuvent être promues par une coopération pluraliste et mondiale où les participant.e.s apprennent les un.e.s aux autres et sont ouvert.e.s à des idées qui ne reflètent pas seulement leurs intérêts personnels mais une diversité qui amènera à une nouvelle prospérité.  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search