Les impacts du COVID-19 sur le Supply Chain Management en Afrique

Par Mamadou Gaye, PhD Candidat CREA/UCAD

Les entreprises africaines surtout les PME locales vont être confrontées à un ralentissement de leurs activités normales à la suite de l’épidémie du COVID-19.

Pour la majorité des entreprises, les délais de livraison ont doublé, la baisse de la consommation et la chute de la production industrielle pourraient avoir des effets dévastateurs à l’échelle continentale. Les aéroports et les ports africains sont tous en latence et les décideurs sont dans l’attente des dé-confinements. Cette situation d’incertitude pèse beaucoup sur la solvabilité future des PME. Ceci met aussi les banques commerciales dans une situation de Watch-Out.

Beaucoup d’usines sont fermées ou au ralenti, la consommation est en berne, et des villes entières sont confinées et des banlieues atterrées. L’épidémie du coronavirus a mis un sérieux coup d’arrêt aux principaux moteurs des économies locales.

L’impact aura été significatif sur le premier trimestre en lien avec les relations commerciales fortes surtout entre la Chine et nos différents pays africains. Pour les transports surtout aériens et maritimes, les conséquences sont catastrophiques et impactent considérablement les PME locales qui étaient pour la plupart dans une phase de montée surtout dans le secteur des services. Sur le volume des transports maritimes, il y a eu une chute de 80% dans la demande portuaire. En plus, ceci n’est qu’estimatif car les évaluations post-COVID-19 ne font que démarrer.

La structure des échanges de nos différents pays africains avec la Chine : pour mesurer l’impact économique de ce double mouvement (réduction de la consommation intérieure et réduction des échanges extérieures), il faut d’abord rappeler quels sont les grands marchés potentiellement impactés et tenter de chiffrer la perte de production en fonction du degré d’exposition des centres industriels aux mesures de confinement et de la durée de ces mesures.

Toutefois, malgré son caractère très macroéconomique et les insuffisances de données à ce stade, cette description permet de mesurer la place centrale qu’occupe dorénavant la Chine dans le système industriel africain et d’en analyser les conséquences pour le pays lui-même et pour l’ensemble de ses partenaires au niveau continental.

L’industrie automobile chinoise est devenue la première mondiale et elle représente désormais le tiers de la production mondiale. Comme dans les pays industrialisés sur un plan historique, l’industrie automobile chinoise tire des milliers d’entreprise cotraitantes dans l’acier, le verre, les plastiques et le caoutchouc, la mécanique et l’électronique. Le ralentissement de la vente de véhicules a eu un impact certain sur toute cette chaine. Les pays africains pourvoyeurs de matières premières pour la Chine sont dans le désarroi.

La Chine exporte plus de 70 milliards de dollars de pièces détachées et accessoires automobiles, dont 20% vers les États-Unis et un pourcentage non négligeable dans certains pays africains. L’arrêt de l’usine Hyundai, en Corée du Sud, en raison de la défaillance des fournisseurs chinois de câbles électriques, illustre cette nouvelle interdépendance. Plusieurs usines dans cette même situation annoncent des fermetures (BMW, Volkswagen…). La pandémie, qui a mis la Chine au ralenti a bien sûr impactée les pays occidentaux et asiatiques mais aussi par ricochet les pays africains.

Pour l’électronique mondiale, la Chine est la source principale d’approvisionnement. Une société comme Apple dépend beaucoup de la production en Chine : toute défaillance dans la livraison de l’iPhone, qui représente 61% de son chiffre d’affaires réalisé, a une répercussion immédiate sur le chiffre d’affaires réalisé dans le monde entier avec ce produit phare. Les pays africains qui se trouvent au bout de la chaine de consommation et qui n’ont pas les systèmes de production adéquats se retrouvent dans un Guet-Apens des multinationales dans ce secteur.

La Chine a également réduit ses importations de pétrole. Le pays consomme en moyenne 14 millions de barils de pétrole par jour, soit 15% de la demande mondiale, et le ralentissement de ses activités a donc eu un impact immédiat sur sa demande courante. La distribution et la logistique étant paralysées, les produits ne peuvent pas être livrés. Des pays comme le Nigéria, le Gabon et certains pays de la CEMAC en ont le plus souffert. Un pays comme le Sénégal qui attend son premier baril de pétrole en 2021 s’est retrouvé devant une situation à haut risque avec une indécision sur les contrats qui accompagnent surtout les conditions locales. 

Le ralentissement de la consommation intérieure des pays africains dans l’électronique, l’automobile, l’industrie légère, des cosmétiques et les produits alimentaires a été visible en Afrique subsaharienne. La crise sanitaire impacte doublement ces activités, les centres commerciaux nombreux et dynamiques des grandes villes comme Dakar, Abidjan, Lagos, Nairobi et autres sont la plupart fermés. Les transports sont paralysés et même si l’approvisionnement alimentaire est maintenu, la plupart des secteurs industriels comptent désormais sur leurs stocks et ne peuvent expédier leurs produits finis. C’est une situation qui provoque une crise de liquidités face à des banques sans activité. Il s’agit ainsi d’un cercle vicieux pour les économies africaines surtout au sud du Sahara dans des pays comme le Sénégal, le Burkina Faso et le Mali.

Les investigations et recherches post-COVID-19 nous donneront plus de lumière sur cette situation qui affecte tous les pans des économies nationales. La résilience se manifeste par le recours à des solutions imaginatives. Certains fournisseurs ont ainsi mis au point un système de livraison zéro contact, dans lequel client et fournisseur se mettent d’accord pour une livraison dans un lieu où les personnes ne se croiseront pas.

Un point positif est aussi la montée en puissance des plateformes digitales dont les systèmes E-learning des grandes écoles et universités en Afrique sub-saharienne. Il est ainsi facile de voir les PME publiques et privées se reconvertir dans le télétravail ; les étudiant.e.s avec des forfaits crédits Orange et Free suivent les cours à l’aide des plateformes Zoom, Teams ou Google classroom. Ces démarches ont permis de sauver l’année académique dans plusieurs pays africains. Combien de milliards de Francs CFA devrions nous compter comme un manque à gagner si les Business schools et les universités africaines faisaient une année blanche ?

Avec la COVID-19, les entreprises africaines et particulièrement au Sénégal ont appris que :

  1. La vie de la PME est fragile et volatile : la précarité est très proche ;
  2. Les plus rapides sont les plus performantes ;
  3. L’adaptation des ressources humaines en contexte de crise est indispensable ;
  4. La flexibilité est à apprendre en situation favorable pour préparer des situations incertaines ;
  5. Les entreprises africaines peuvent être résilientes.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search