COVID-19 et le monde du travail dans les pays africains au sud du Sahara

Professeure Ulrike Schuerkens, Université Rennes 2, France, EA 7481 LiRIS

La pandémie COVID-19 a encore accéléré sa portée mondiale en 2020 et touche maintenant non seulement les travailleurs des pays du Nord, mais aussi des millions de travailleurs non protégés et vulnérables de l’économie informelle et des emplois précaires qui sont des secteurs durement touchés dans le monde. Ces travailleurs n’ont que rarement accès aux services de santé et à la protection sociale et sont exposés à des risques économiques. Des réponses politiques doivent être mises en œuvre afin d’apporter une aide immédiate aux travailleurs et aux entreprises, car les effets de COVID-19 sur l’emploi sont d’une portée considérable et sans précédent. Toutefois, la marge de manœuvre budgétaire pour la stimulation économique est limitée dans les pays africains où les secteurs les plus menacés sont le transport, le stockage et la communication, le logement, l’immobilier, le commerce de détail, la réparation de véhicules à moteur et de motocyclettes. Ces secteurs sont à forte intensité de main-d’œuvre et emploient des groupes importants de travailleurs souvent mal payés et peu qualifiés qui sont licenciés et qui supportent la réduction des heures de travail. Les commerçants, les employés de bureau et les travailleurs occupant des emplois connexes sont concernés. Les secteurs de l’hébergement et des services de restauration sont également largement touchés, car les restaurants et les bars sont fermés, de sorte que les activités ne peuvent plus se poursuivre. Les femmes sont le plus souvent concernées dans ce secteur. Le secteur de l’agroalimentaire a également été durement touché, car des usines ferment et les chaînes d’approvisionnement mondiales sont arrêtées. Les commandes annulées suppriment la demande dans des secteurs clés tels que la pêche, les fruits et légumes qui ne peuvent plus être exportés vers les marchés européens en raison de la fermeture des liaisons aériennes internationales. Le secteur des transports est fortement touché dans le monde entier, comme les équipages des compagnies aériennes ; d’autres, comme les personnes travaillant comme livreurs, peuvent continuer à répondre à la demande de vente au détail en ligne. Le secteur alimentaire et l’agriculture sont touchés par les fermetures de frontières et les mesures de confinement. L’emploi est moins menacé en Afrique en raison d’un taux d’informalité plus élevé et de niveaux de protection sociale plus faibles. Ces travailleurs informels n’ont aucun revenu de remplacement s’ils arrêtent de travailler en cas de maladie. Les vendeurs de rue, les serveurs de nourriture, les travailleurs de la construction, les travailleurs des transports et les travailleurs domestiques sont directement concernés par les mesures de fermeture. Ces travailleurs ont souvent décidé de retourner dans les zones rurales sans avoir la possibilité de continuer à occuper des emplois informels et précaires dans les centres urbains qui sont verrouillés.

Il est donc urgent de prendre des mesures politiques incluant le dialogue social pour servir au mieux les personnes dans le besoin. Les entreprises, les emplois et les revenus doivent être soutenus. L’économie et l’emploi doivent être stimulés. Il faut proposer des transferts d’argent liquide et un approvisionnement en denrées alimentaires. Les travailleurs du secteur formel doivent être soutenus afin qu’ils ne retombent pas dans l’informalité. Des organisations internationales telles que la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et l’Union européenne ont activé des transferts de solidarité sous forme de crédit ou d’assistance afin d’aider les pays africains dans cette crise sans précédent.

Toutefois, les perspectives actuelles sont caractérisées par une grande incertitude quant à la durée du choc pour les économies et les impacts à long terme sur les entreprises et les marchés du travail. Le suivi et l’actualisation des mesures politiques sont donc essentiels dans les pays africains au sud du Sahara. Pour l’avenir, il s’agira aussi de faire des études scientifiques détaillées de ces situations nouvelles par des sociologues, économistes et gestionnaires allant au-delà des annonces chocs que nous pouvons trouver en ce moment.

Références :

International Labour Organization (2020) World Employment and Social Outlook – Trends 2020. Executive summary.

ILO Monitor: COVID-19 and the world of work. Second edition. 7 April 2020.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bonjour,

    Toutes mes félicitations chère Pr Ulrike SCHUERKENS. Votre analyse pertinente cadre parfaitement avec le contexte Sénégalais où la quasi-totalité des entreprises logent dans le secteur informel . En fait, les acteurs du secteur informel (vendeurs d’étals, marchants ambulants, boutiquiers de quartier, femmes exerçant le petit commerce, etc.) en période de COVID-19 ont beaucoup été frustrés, déboussolés par les mesures (couvre-feu, état d’urgence et semi-confinement) prises par le gouvernement Sénégalais pour contre-carrer cette pandémie. Ces mesures avec un faible accompagnement (distribution de vivres, moyens de subsistance, etc.) de l’État, obligent les travailleurs de ce secteur à faire la grève pour demander un assouplissement des mesures. Sachant que 95% des Sénégalais vivent du secteur informel: ils ne vivent qu’avec les moyens de bord, ce sont des goorgorlu, des taba-taba (des débrouillards) qui, pour se nourrir, sont dans l’obligation de sortir. Ce qui était presque impossible en situation de COVID-19. Cet état de fait permet de comprendre pourquoi ils ne pouvaient continuer de vivre cette situation alarmante: ils étaient dans le cachot du désespoir!

    Salam!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search