La politique économique et financière au Maroc à l’ère du COVID-19

Pr Mohamed Amine ISSAMI et Pr Jihane AAYALE, ISCAE

La contraction économique que connait le monde aujourd’hui est la plus rapide jamais enregistrée, beaucoup d’emplois ont été perdus, autant d’emplois que pendant toute la Grande Récession. Cette récession est loin d’être une récession conventionnelle, généralement provoquée par une contraction de la demande globale.

Au lieu de cela, nous entrons dans ce que Paul Krugman appellerait ‘le Coronacoma’, l’équivalent économique d’un coma induit médicalement, dans lequel certaines fonctions cérébrales, ici des fonctions économiques ‘non essentielles’, sont délibérément arrêtées pour donner au patient le temps de guérir.

Cette récession mondiale, peu conventionnelle, qui pourrait potentiellement se transformer en une crise systémique à grande échelle, fera sans doute appel à des solutions tout aussi non conventionnelles.

D’autre part, le système financier a toujours jouer un rôle pour aider à financer l’économie nationale et internationale pendant les périodes de crise, commençant par mobiliser les capitaux nécessaires pour financer les systèmes sociaux et de santé surchargés, maintenir les économies en marche et favoriser la reprise dans les mois à venir.

Mais à mesure que la crise du ‘Coronacoma’ selon Paul Krugman se déroule, elle suscite le débat sur la capacité des gouvernements et des systèmes financiers à gérer les urgences pandémiques ; et amplifie clairement le besoin urgent d’investissements plus importants à déployer pour soutenir les services de santé, les PME et l’éducation nationale afin de maintenir le progrès socio-économique.

En effet, la capacité à mobiliser des ressources financières importantes et à apporter une expertise technique aux entreprises du secteur privé sera plus que jamais essentielle et cruciale. Dans ce sens, résoudre les problèmes de liquidité actuels dans les secteurs financiers, soutenir la viabilité des entreprises existantes touchées par les conséquences du confinement et promouvoir de nouveaux investissements dans les biens et services nécessaires à la santé, à la sécurité et à la durabilité économique mondiales, sont les piliers du programme post COVID-19.

Il est également essentiel de fournir un soutien financier et des solutions au marché du travail pour atténuer les frictions dans les chaînes d’approvisionnement afin de lutter contre les répercussions profondes de la pandémie de COVID-19 sur l’ensemble de l’économie nationale.

Ces solutions pourraient concerner :

  • Des prêts au secteur public (services de santé, dépenses de sécurité sociale, financement des institutions gouvernementales, etc.) ;
  •  Des prêts au secteur financier et à l’économie réelle (Financement d’institutions financières pour financer les petites et moyennes entreprises et les entreprises de taille intermédiaire touchées par la pandémie) ;
  • Le soutien au crédit (systèmes de garantie de prêt, restructuration des conditions de prêt, etc.) ;
  • Le financement et le soutien des liquidités et au fonctionnement du marché ;
  • La continuité opérationnelle et commerciale des institutions financières et celle des activités des autorités (activités de surveillance et de réglementation) ; et
  • Le financement des infrastructures en raison des perturbations de l’offre et de la demande dans ses opérations.

A cet égard, nous proposons deux axes de recherche :

Axe 1 : L’analyse des difficultés et obstacles auxquels les pouvoirs publics sont confrontés quant au déploiement et au financement du plan de gestion de crise établi par le Comité de Veille Économique ; ainsi que l’impact de la crise sur les choix de financement de l’économie marocaine.

Axe 2 : Qu’en est-il de l’après COVID-19 ? Quelles leçons devons-nous tirer ? Quelle nouvelle feuille de route devons-nous tracer ? Comment donc financer le développement après une crise économique ?

Des mesures et plans d’actions de l’après crise pourront être proposés, après une analyse des impacts de la pandémie sur l’économie et plus particulièrement sur le système financier et bancaire marocain.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. DAOUDI Abdel dit :

    Je pense qu’il vaut mieux se pencher sur une analyse globale et objective de l’économie marocaine avant le COVID-19 afin que nous puissions comprendre la situation actuelle.
    Il est bien de se référer aux réflexions des grands économistes et chercheurs occidentaux et s’en inspirer, mais pas pour calquer leurs modèles sur une économie qui n’a rien à voir avec la structure économique occidentale. Cette dernière se base parallèlement sur l’approche libérale ainsi que celle sociale ce qui sème un climat plus ou moins d’assurance et de sentiment de sécurité sociale.
    Le HCAP ne cesse de publier des rapports sur la régression de presque tous les indices. Cela doit nous interpeler afin de revoir les politiques économiques et sociales ainsi que leur capacité d’adaptation avec les crises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search