Appel à proposition d’article/CFP

Appel à proposition d’article pour le blog www.managlobal.hypotheses.org/

Covid-19, la crise sanitaire et l’inventivité du monde socio-économique africain

La population du continent africain est jeune et inventive : la crise sanitaire et socio-économique exige des réponses nouvelles face à une situation inconnue qui doit être maitrisée d’une manière ou d’une autre pour reconstruire l’Afrique de l’après-crise.

Les effets sanitaires de la pandémie semblent épargner l’Afrique mais face à l’arrêt de l’économie mondiale, les économies africaines ressentent les répercussions de ce choc mondial en 2020, intégrées comme elles sont dans la mondialisation. Les gouvernements ont lancé des programmes d’assistance aux économies nationales et aux populations souffrant des mesures décrétées pour faire face à la pandémie. La solidarité internationale a réagi et les administrations nationales et locales ont lancé des programmes de restructuration d’usines comme la fabrication des masques au Maroc, ou des gels sanitaires et des outils facilitant le nettoyage des mains au Ghana.

L’Afrique est un continent avec une multiplicité de petites entreprises, des micro-entreprises qui doivent réagir à cette crise sanitaire et socio-économique. L’aide gouvernementale doit les atteindre pour faciliter avec des réductions d’impôt et des délais proposés par les banques la survie de ces entreprises. Les entrepreneurs doivent être patients et mis au courant de ces possibilités – et d’autres – dans leur région respective.

L’Afrique peut apprendre à faire face à la crise et aux changements qui s’imposent. La population jeune peut changer ses habitudes et son comportement. Les entreprises doivent élargir leurs perspectives face à la pandémie mais aussi au-delà pour s’intéresser aux employés, aux clients, aux fournisseurs et aux autres entreprises avec lesquelles elles interagissent. Ceci peut leur permettre de changer leur manière de fonctionner, de répondre aux partenariats publics-privés qui sont proposés et à l’élan de solidarité déclenché par la crise.

Les entreprises ne peuvent continuer à être fixées uniquement sur le produit qu’elles vendent. Elles sont un morceau dans une mosaïque plus large et feront la différence en coopérant dans un but donné avec d’autres entités. Les communautés africaines ont l’habitude de se rejoindre dans des moments de joie et de détresse en se basant sur leurs propres ressources. C’est ainsi qu’elles peuvent coopérer avec le secteur privé sur un plan national pour s’insérer dans une humanité partagée afin de reconstruire l’économie africaine. Nos modèles de civilisation, nos modèles écologiques et économiques sont en jeu et seront redéfinis avec cette crise. Cette transformation commence dès maintenant. L’intelligence collective montre sur le continent une grande vitalité. Le COVID-19 offre ainsi une opportunité à retracer cet avenir, à créer une nouvelle vision de l’agriculture, de l’économie, de l’enseignement, de la santé, etc.

Nous vous proposons d’élargir ces quelques réflexions pour soumettre de courts textes à publier sur le blog qui témoignent de cette inventivité socio-économique en Afrique. Les textes (en Word) peuvent être proposés en anglais ou en français et peuvent inclure deux à trois photos.

(schuerkens.ulrike@gmail.com)

Call for proposals for articles for the blog www.managlobal.hypotheses.org/

Covid-19, the health crisis and the inventiveness of the African socio-economic world

The population of the African continent is young and inventive: the health and socio-economic crisis requires new responses to an unknown situation that must be mastered in one way or another in order to rebuild post-crisis Africa.

The health effects of the pandemic seem to spare Africa, but in the face of the global economic downturn, African economies are feeling the repercussions of this global shock in 2020, integrated as they are into globalisation. Governments have launched programmes to assist national economies and populations suffering from the measures implemented to deal with the pandemic. International solidarity has begun, and national and local governments have launched programmes to restructure factories such as the manufacture of masks in Morocco, or sanitary gels and hand washing tools in Ghana.

Africa is a continent with a multiplicity of small and micro-enterprises that must respond to this health and socio-economic crisis. Government aid must reach them in order to facilitate the survival of these businesses with tax reductions and wider deadlines proposed by the banks. Entrepreneurs must be patient and aware of these and other opportunities in their respective regions.

Africa can learn to cope with the crisis and the changes that are needed. The young population can change its habits and behaviour. Businesses need to broaden their perspectives not only in the face of the pandemic but also beyond it to focus on employees, customers, suppliers and other businesses with which they interact. This can enable them to change the way they operate, to respond to the public-private partnerships that are being proposed and to the momentum of solidarity triggered by the crisis.

Companies cannot continue to be fixed only on the product they sell. They are one piece in a larger mosaic and will make a difference by cooperating for a given purpose with other entities. African communities are used to joining together in times of joy and distress based on their own resources. This is how they can cooperate with the private sector on a national level to become part of a shared humanity to rebuild the African economy. Our models of civilisation, our ecological and economic models are at stake and will be redefined with this crisis. This transformation begins now. Collective intelligence is showing great vitality on the continent. COVID-19 thus offers an opportunity to retrace this future, to create a new vision of agriculture, the economy, education, health, etc.

We suggest that you expand these few reflections to submit short texts to be published on the blog that testify for this socio-economic inventiveness in Africa. The texts (in Word) can be proposed in English or French and can include two to three photos. (schuerkens.ulrike@gmail.com)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.