COVID-19 au Sénégal : les raisons d’une alerte précoce, Moustapha Seye, Chargé de recherche à l’IFAN-UCAD, Dakar

De son origine, en décembre 2019, à Wuhan, en Chine, le COVID-19 a atteint les terres européennes à partir du 17 février. Le virus a ensuite débarqué en Égypte, en Afrique du nord, en fin de février et plus tard le 02 mars 2020 notre pays, le Sénégal a enregistré son premier cas importé d’Europe. Du 02 au 27 mars, le pays a enregistré 119 cas testés positifs dont 11 guéris et 0 décédés[1]. Au même moment 919 morts sont comptés en Italie en 24h, 769 en Espagne, 299 en France, 345 aux États-Unis et 144 morts en Iran.

Du 02 au 23 mars 2020 des mesures importantes ont été prises par l’État du Sénégal y compris la fermeture des frontières aériennes avec quatre pays européens dont la France, et deux africains (Tunisie et Algérie), le renforcement du contrôle sanitaire au niveau des frontières, la suspension des enseignements pour trois semaines et la dernière en date, l’État d’urgence assorti d’un couvre-feu de 20h à 06h du matin décrété par le chef de l’État le 23 mars.

L’arrivée du COVID-19 en terre africaine a suscité énormément de peur et de mise en garde de la part des autorités sanitaires mondiales au vu des pertes en vies humaines énormes dans des pays où l’on pouvait s’attendre à de meilleures qualités de soins qu’en Afrique. Le constat actuel est qu’il y a, au moment où nous en sommes, après 22 jours du premier cas déclaré, plus de peur que de mal.

La peur d’en arriver à une situation de chaos, la peur des ruptures de provisions, la peur de tomber malade du COVID-19, la peur pour sa famille, ses parents, son activité économique ont en définitive vraisemblablement fait plus d’impact sur le quotidien des Sénégalais que le COVID-19 lui-même.

Le tissu économique du Sénégal est majoritairement constitué d’entreprenants qui sont dans l’informel, donc très vulnérables. Les ménages, pour la plupart bricolent pour se sortir du train-train. Pour une bonne partie la dépense quotidienne est mobilisée dans les premières heures de la journée avant de l’envoyer via les transferts monétaires ou par personnes interposées.

Le parfum de confinement qui guette Dakar et les autres centres urbains du Sénégal ne cadre certainement pas avec les stratégies de résilience assez limitées auxquelles les ménages vulnérables peuvent prétendre. Dakar, poumon de l’économie sénégalaise est quasi vide de jour comme de nuit et cela déteint sur l’économie des ménages. Le témoignage de cette dame vendeuse de fruits à Sandiniéry est illustratif : 

« Depuis le début du couvre-feu je ne viens plus travailler à Sandiniery parce qu’il est quasi impossible de trouver un moyen de transport de surcroît à 20h toute circulation est interdite ».

Toutefois, est-il envisageable pour nos États, nos sociétés de ne pas prendre des mesures préventives face à la menace mondiale qu’est la pandémie du COVID-19 ?

COVID-19 et ses effets sur l’emploi et le travail au Sénégal

L’impact du COVID-19 sur l’emploi est au cœur des discussions à l’échelle mondiale. Le débat sur la crise qui pourrait résulter de la pandémie divise les spécialistes. D’aucuns la comparent à la crise de 1929 qui avait conduit à la reconfiguration de l’économie mondiale, d’autres pensent plutôt que les conséquences du COVID-19 ne peuvent pas être durables parce que les banques se portent bien malgré le fait que l’activité économique mondiale est au ralenti.

L’évaluation de l’impact du COVID-19 sur l’emploi n’est pas encore effectuée dans notre pays mais si l’on se réfère aux statistiques déjà publiées dans des pays comme la France ou les États-Unis, l’on peut avoir des raisons sérieuses d’anticipation sur ce qui risque d’arriver dans un futur proche. En France, déjà 1 600 000 salariés sont en chômage technique, aux États-Unis, il a été observé une flambée des demandeurs d’emploi avec 3 300 000 demandes de plus que la normale sur la même période.[2]   

La déclaration conjointe de la Banque Mondiale et du FMI semble anticiper sur des conséquences économiques désastreuses des pays IDA en appelant les créanciers bilatéraux publics à suspendre avec effet immédiat le remboursement de la dette des pays demandeurs.[3]   

L’État du Sénégal a pris des mesures, à travers le Ministère en charge de l’emploi, pour réduire les horaires de travail journalier dans l’administration qui sont maintenant fixées de 09h à 15h. Au même moment des travailleurs du privé sont dans l’angoisse de perdre leur travail à cause d’un chômage technique qui s’accentue et dont on ne peut prévoir exactement la durée.

Les axes de recherche

1. L’impact du COVID-19 sur l’activité économique des ménages vulnérables

Chômage technique, chômage partiel, perte de travail et reconfiguration des rapports de travail en contexte de COVID-19. Au moment où le secteur formel (hôtellerie, transport, etc.) est en phase d’être soutenu par des initiatives publiques (fonds de solidarité, etc.), les entreprenants qui constituent 81,8% des unités économiques selon le Recensement général des entreprises du Sénégal semblent très peu pris en charge.  

2. L’impact du COVID-19 sur le chômage et le sous-emploi

La crise sanitaire va-t-elle impacter négativement l’offre d’emploi au Sénégal ?

Les rapports disponibles sur le chômage et le sous-emploi retiennent des définitions qui vont plus dans le sens de sous-estimer les effectifs, l’on constate que les taux de chômage de 15,7% et un sous-emploi à 27,7% de la population active en 2015 continuent d’augmenter par rapport à 2002, 2005 et 2011.[4] Comment l’emploi et le sous-emploi pourrait évoluer dans un contexte post COVID-19 au Sénégal ?

3. La reconfiguration des rapports de travail post confinement et COVID-19

Est-il obligatoire d’aller travailler si le télétravail est possible ? C’est au cœur de la crise sanitaire qu’une reconfiguration importante des rapports de travail a été observée. Les mesures prises pour faire face au Coronavirus (confinement partiel) n’inspirent-elles pas des innovations majeures pour une reconfiguration de nos rapports au travail ?


[1] Communiqué de presse n°26 du 27 mars 2019 du Ministère de la santé et de l’action sociale

[2] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/le-mot-de-l-eco-covid-19-une-crise-economique-plus-dure-qu-en-1929_3865983.html

[3] Déclaration du 25 mars 2020

[4] CREFDES, 2019. Évaluation d’impact des programmes de promotion de l’emploi des jeunes au Sénégal : cas de la Convention Nationale État-Employeurs, p. 5


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search