COVID 19 et l’Afrique

Admettons : Je ne suis pas médecin mais une professeure d’université qui s’intéresse aussi à la socio-anthropologie de la santé. J’observe depuis des semaines le développement du COVID 19 dans le monde et en particulier en Afrique où le projet ManaGlobal se déroule.

Ce que je constate : des fermetures des frontières aux Suds et aux Nords qui ont évité un certain nombre de contaminations déclenchées par les voyageurs surtout dans les pays du Sud. Des réactions politiques rapides au Sénégal, au Cameroun, au Ghana et au Maroc (où le projet ManaGlobal se déroule) qui – me semble-t-il – ont évité en grande partie la propagation de la maladie. Les traitements adoptés, influencés par les propositions du professeur des universités et directeur de l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée infection à Marseille, Didier Raoult, ont contribué à maintenir le nombre de décès relativement bas si l’on les compare aux multiples décès dans les pays occidentaux. Le Sénégal et aussi le Maroc ont adopté le protocole suggéré par ce médecin controversé en France où son traitement n’est que permis pour les cas graves dans les hôpitaux. Ces cas graves laissent apparaître en Occident certaines caractéristiques communes : un âge avancé au-delà de 65 ans ou même plus, des comorbidités comme l’obésité, le diabète, des problèmes cardiovasculaires etc.

Or les populations dans les quatre pays où le projet ManaGlobal se déroule se caractérisent par leur jeunesse et ainsi des organismes souvent en meilleure santé – malgré la pauvreté – que les cas graves en Occident avec des taux de morbidité élevée. La recherche a constaté que les enfants et les adolescents sont peu touchés par des cas de COVID 19 relativement peu nombreux ou – en cas de contamination – ils développent des formes bénignes. Peut-on en conclure que la pandémie aura plutôt des effets graves et des taux de mortalité élevée dans les pays occidentaux qui se caractérisent par des styles de consommation différente des pays du Sud et des organismes exposés à une nourriture très différente ? Il ne faut certainement pas sous-estimer les effets sanitaires de la pandémie aux Suds. Mais il me semble que le taux limité des cas de COVID 19 en Chine – bien qu’ils soient certainement sous-estimés pour des raisons politiques – permet un petit espoir en ce qui concerne les conséquences sanitaires aux Suds, au moins en Afrique. Les bons choix des médecins de plusieurs pays africains face à la pandémie s’y ajoutent où les médicaments proposés par le professeur D. Raoult peuvent être administrés sans les effets secondaires attendus auprès des patients âgés gravement atteints en Occident. De plus, il s’agit des médicaments disponibles en Afrique (Sanofi Maroc) et connus des populations.

Reste les conséquences socio-économiques dans des pays caractérisés par des populations travaillant souvent dans la précarité et l’informalité. La solidarité internationale et régionale commence à s’activer face à cette situation qui expose les populations à la famine et par la suite à des révoltes de faim qui ne tarderont pas à apparaître si les gouvernements ne réagissent pas. Le confinement n’a pas été appliqué au Cameroun mais au Maroc et au Sénégal où un couvre-feu règne la nuit face à des populations qui travaillent la journée pour subvenir à leurs besoins immédiats. Le port du masque a été exigé au Cameroun, au Maroc et au Sénégal et est discuté au Ghana.

En conclusion, je dirais que l’espoir est permis face aux conséquences sanitaires de la pandémie dans les pays du Sud, au moins en Afrique. Reste les conséquences socio-économiques qui risquent d’être énormes face à des pays du Nord dont les économies sont à l’arrêt et dont on connaît l’importance pour les systèmes socio-économiques des pays africains.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Henriette dit :

    Merci Ulrike pour ton article clair et instructif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search