Rapport de Michel Villette sur son détachement au Maroc

Du 5 septembre au 5 décembre 2019, j’effectue une mission de trois mois à Casablanca à l’invitation d’une Business School, l’ISCAE, et de deux grandes entreprises marocaines partenaires, MAJOREL et MAGHREB STEEL. 

L’ISCAE est la première et la plus ancienne business school du Maroc. C’est une école publique placée sous la tutelle du Ministère de l’Industrie. Le concours d’entrée est très sélectif et l’enseignement gratuit. Le corps professoral comptent 40 enseignants-chercheurs. L’école est habilitée à délivrer le doctorat en sciences de gestion. Elle assure aussi la formation et la diplômation des experts comptables marocains.

MAJOREL est une entreprise aux implantations mondialisées qui fournit à de grandes entreprises les services de centres d’appels téléphoniques. Le siège, basé à Casablanca, supervise 12 centres d’appels employant environs 5000 salariés. Il travaille principalement pour les marchés francophones. C’est une joint venture internationale entre le groupe Marocain Saham et le groupe allemand Bertelsmann.

MAGHREB STEEL est une entreprise sidérurgique qui produit notamment des tôles minces par laminage à froid et à chaud. Les investissements lourds qu’elle a réalisés en 2007 pour créer la première unité de laminage à chaud du Maroc (technologie Steckel) ont laissé cette entreprise dans une situation financière catastrophique. Le dépôt de bilan à été évité de justesse à plusieurs reprises et la dette contractée à cette époque auprès des banques n’a toujours pas pu être remboursée. Dans ce contexte financier difficile, les efforts du management et du personnel pour sauver l’entreprise mérite attention et respect.

Ma mission a été préparée depuis plusieurs années au cours de visites précédentes au Maroc. Elle est placée sous des auspices favorables et se déroule dans des conditions idéales.

Comme me l’a enseigné Moulay Driss Allaoui, lors de l’un de mes précédents séjour au Maroc:

« On peut être chez soi en étant chez les autres si l’on est invité. »

Je me souviens de cette phrase comme d’une extraordinaire marque d’hospitalité, comme d’une marque de confiance, mais aussi comme d’une mise en garde.  En tant que représentant d’une ancienne nation colonisatrice, en tant que représentant d’une Europe qui continue, par l’intermédiaire de ses multinationales et de ses experts à contrôler une large part de l’économie Marocaine et à exporter son modèle de développement, comment puis-je mériter et justifier l’aimable invitation que j’ai reçue ?

Répondre à cette question, c’est toute une aventure et un long chemin.

A l’ISCAE, j’ai participé à l’Université d’Été de la principale organisation patronale Marocaine, la CGEM. J’ai pu à cette occasion établir un tableau assez complet des difficultés et des espoirs de l’économie marocaine actuelle.

Avec l’aide du professeur Rachid M’Rabet, j’ai pu engager la coopération avec une dizaine d’enseignants-chercheurs participants au projet Managlobal et dont les travaux sur la banque BCP et sur l’entreprise AgroAlimentaire DARICOUSPAT sont attendus.

Chez l’entreprise MAJOREL, une qualité d’accueil exceptionnel m’a ouvert toutes grandes les portes de l’entreprise. Dès la première rencontre avec l’équipe des ressources humaines dirigée par Madame Sanaa Benchekroun, une série de rendez-vous du plus haut intérêt pour la recherche ont été pris.

J’ai participé pendant deux jours complets au jury de soutenance des travaux réalisés par les jeunes cadres à haut potentiel de l’entreprise, ce qui m’a permis de prendre connaissance des principaux chantiers en cours.

Je suis invité à participer à la conception du questionnaire qui doit être bientôt diffusé à tout le personnel de l’entreprise pour permettre une discussion approfondie sur le climat social et ses perspectives d’amélioration.

Sont prévus aussi, aux mois d’octobre et de novembre, une participation au Comex de l’entreprise ; une participation à la réunion des membres de la direction des ressources humaines pour l’Afrique, la France et le Bénélux et des observations participantes du travail dans plusieurs des centres d’appel de la banlieue de Casablanca.

Chez MAGHREB STEEL, suite à des entretiens et des recherches documentaires réalisées depuis 2015, je dispose déjà d’un historique sur l’entreprise. Celui-ci sera complété dans le courant du mois d’octobre par une étude des derniers événements, avec l’aide du directeur général, Monsieur Anas CHRAIBI. J’espère réaliser aussi plusieurs journées d’immersion complète dans la vie quotidienne des usines : réunions de travail des ingénieurs et séjour dans les ateliers au contact des ouvriers.

Nul doute que dans trois mois, une base de connaissance considérable aura pu être constituée sur le cas marocain, mais le partenariat ne s’arrête pas là. Des réflexions sont en cours pour des réalisations utiles à l’enseignement et au développement organisationnel des entreprises concernées.  Enfin, en juin 2021, un grand colloque aura lieu à l’ISCAE pour présenter le chemin parcouru avec nos amis marocains!

Maghreb Steel

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.