Détachement à l’UCAD de Dakar

Impression d’un détachement à Dakar, Sénégal de la fin du mois de mai à fin juillet 2019

Permettez-moi de donner un ensemble de remarques plutôt pratiques sur mon détachement à l’UCAD en été 2019.

J’arrivais vers 20 h le 28 mai à l’Aéroport International Blaise Diagne de Diass, région de Thiès, à une cinquantaine de kilomètre de ma destination finale, la corniche ouest de Dakar. J’étais attendue par un chauffeur qui devrait m’amener à la Maison de l’Université à Mermoz. En Afrique, il faut improviser ; toutefois, mon étonnement était grand que le chauffeur ne connaissait pas l’adresse. Arrivée finalement à destination, on me propose un appartement au 4e étage, sans ascenseur, difficulté d’accès à l’eau incluse. Mais l’appartement est spacieux et calme, et même avec balcon pour prendre un bain de soleil.

Mon premier rendez-vous à l’UCAD dès le lendemain avec le professeur A. Dieng a été fixé dès Paris où nous discutions de la stratégie à employer pour ce détachement. Première difficulté : la fin du Ramadan et la fête chrétienne de Pentecôte qui ne me permettaient que de préparer les premiers rendez-vous professionnels à la Confédération Nationale des Employeurs du Sénégal (CNES) et au groupe AFI-L’Université de l’Entreprise (AFI-L’UE) ; de corriger des copies reçues de l’Université Rennes 2 et de sélectionner des étudiant.e.s de master avec la commission de l‘Université Rennes 2 réunie en séance Skype. Néanmoins, des mémoires de master et de thèse en sociologie et en économie ont pu être consultés dans les bibliothèques de l’UCAD en rapport avec ManaGlobal à ce début de séjour de terrain.

La fixation des rendez-vous à Dakar est difficile à organiser si on ne dispose pas de contacts préliminaires. Mais les organismes participants à ManaGlobal sont de bonne volonté et ont proposé l’assistance et l’appui nécessaire. Le mél et un appel téléphonique sont souvent obligatoires pour ouvrir les portes. De plus, j’ai participé à un congrès à l’Institut Africain de Management (IAM) organisé par l’AIMS (Association Internationale du Management Stratégique). Entretemps, j’ai pu présenter mes travaux à AFI-L’UE, à l’IAM et à l’UCAD devant des étudiant.e.s bien intéressées. Les collègues africains sont également bien intéressés et coopératifs. J’ai pu avoir plusieurs entretiens avec des entrepreneurs pour préparer une monographie d’entreprise et deux trajectoires d’entrepreneurs. De plus, une dizaine d’écoles de commerce ont été consultée pour obtenir un aperçu de l’enseignement du management au Sénégal. Deux soutenances de thèse (en sociologie et en économie) (dont une comme rapporteur) ont pu être réalisées à la fin de mon séjour.

Côté vie pratique : il y a bien les grands enseignes comme Casino, Auchan et Carrefour à Dakar ; et un magasin bio se trouve au Plateau. Les pharmacies et les supermarchés disposent des produits que nous pouvons aussi trouver en France. Côté piscine : en plus de la Piscine Olympique Nationale, située dans le quartier résidentiel du Point E à quelques encablures de l’UCAD, de grands hôtels proposent un accès au swimming-pool contre une entrée payante. Le restaurant du personnel enseignant de l’UCAD est bien accessible et de bonne qualité. L’accès wifi à la Maison de l’Université permet de rester connecté.

Finalement, la différence est grande entre mes premiers terrains en Afrique au Sud du Sahara et celle de la fin de la deuxième décennie du troisième millénaire. Le confort et la connexion avec l’Europe sont dorénavant assurés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.